20 Minutes : Actualités et infos en direct
RacismeAprès un appel aux ratonnades, le parquet de Montpellier ouvre une enquête

Montpellier : Après un appel aux ratonnades, le parquet annonce des poursuites contre une candidate aux législatives

RacismeSOS Racisme avait porté plainte après des propos attribués à Florence Medina (ex-Reconquête !)
Les propos ont été tenus après le meurtre de Thomas, à Romans-sur-Isère.
Les propos ont été tenus après le meurtre de Thomas, à Romans-sur-Isère. - MOURAD ALLILI/SIPA / SIPA
Jérôme Diesnis

Jérôme Diesnis

Le parquet de Montpellier a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire à l’encontre d’une « ancienne candidate aux élections législatives de juin 2022 à Montpellier ». Le 24 novembre, elle aurait appelé à des ratonnades sur son compte Facebook. Le post contenait notamment les propos suivants : « si c’est la guerre que les racailles veulent ils vont l’avoir. Dans les années 1980 il existait des ratonnades. Au risque de choquer on peut recommencer, mais nous ne laisserons pas nos enfants se faire assassiner lâchement par des racailles en surnombre et armés… »

La publication est « susceptible de recevoir la qualification pénale de provocation publique à la haine ou à la violence à raison de l’appartenance à une ethnie, race ou religion », souligne le parquet. Si son identité n’est pas explicitement nommée, il s’agirait, selon SOS Racisme, de Florence Medina, candidate de Reconquête ! sur la première circonscription de l’Hérault en 2022, où elle avait obtenu 6,21 % des suffrages exprimés. Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, avait annoncé le 24 novembre, le dépôt d’une plainte.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Citée par France 3, Nicole Mina, coordinatrice de Reconquête ! dans l’Hérault, explique que Florence Medina ne fait plus partie du parti d’Éric Zemmour. « Ses propos n’engagent qu’elle et ne correspondent pas à ce que peut dire Reconquête », précise-t-elle.

Sujets liés