20 Minutes : Actualités et infos en direct
REACTIONSDes élus demandent la dissolution d’un groupe d’ultradroite à Lyon

Lyon : Des élus demandent la dissolution d’un groupe d’ultradroite et la fermeture de leur local

REACTIONSAu lendemain de l’attaque d’un local accueillant une conférence sur la Palestine par des membres d’un groupuscule d’ultradroite à Lyon, plusieurs élus de tous les bords politiques ont demandé la dissolution de ces groupes
Le maire de Lyon avait demandé la dissolution du groupe identitaire Les Remparts en octobre 2022, après l'organisation d'une manifestation sauvage pour dénoncer le meurtre de Lola (illustration).
Le maire de Lyon avait demandé la dissolution du groupe identitaire Les Remparts en octobre 2022, après l'organisation d'une manifestation sauvage pour dénoncer le meurtre de Lola (illustration). - Les Remparts Lyon / Les Remparts Lyon
Elise Martin

E.M. avec AFP

Des élus de plusieurs partis ont demandé dimanche au gouvernement de dissoudre un groupuscule d’extrême droite lyonnais, au lendemain du coup de force de militants d’ultradroite contre un local accueillant une conférence sur la Palestine.

« J’ai interpellé le ministre de l’Intérieur et j’ai écrit à ses collaborateurs pour obtenir la dissolution du groupe Les Remparts » et la fermeture « de leur local la Traboule », a expliqué le député Renaissance du Rhône Thomas Rudigoz, relançant une démarche « initiée il y a longtemps ».

« Ce sont des milices qui se sont déplacées en plein cœur de Lyon, avec des cris, des slogans antisémites, des cagoules, des barres de fer », a ajouté le député, condamnant des « exactions et des discours d’une rare violence ».

Pas la première demande de dissolution par des élus locaux

« Des mois que nous alertons Gérald Darmanin pour qu’il agisse à Lyon contre l’extrême droite, et les actes de violence se répètent sans fin », a renchéri sur X (ex-Twitter) la députée écologiste du Rhône Marie-Charlotte Garin.

Le maire EELV de Lyon Grégory Doucet avait déjà écrit en octobre 2022 au président Emmanuel Macron pour demander la dissolution de ce groupe identitaire après l’organisation d’une manifestation sauvage pour dénoncer le meurtre de Lola.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

La capitale des Gaules est l’une des places fortes de l’ultradroite en France : entre 300 et 400 personnes y seraient membres de la mouvance, selon les autorités locales.

Les Remparts, groupuscule d’ultradroite lyonnais bâti sur les cendres de Génération identitaire, collectif dissous en mars 2021, se targue sur sa page Facebook d’être un « rempart civilisationnel » et organise régulièrement des « apéros enracinés » à la Traboule, haut lieu de l’ultradroite lyonnaise.

Une attaque qui rappelle l'« urgence de la dissolution de ces groupuscules »

L’attaque de samedi soir, qui a fait trois blessés légers, a été revendiquée sur la boucle Telegram d’ultradroite identitaire et néonazie Ouest Casual par le « Guignol Squad », groupe informel coutumier des actions violentes, créé au début des Gilets Jaunes en janvier 2019. Selon des commentateurs, il s’agirait d’un faux-nez utilisé pour éviter d’exposer des groupes plus formels.

« Cette nouvelle attaque nous rappelle l’urgence de la dissolution de ces groupuscules et de la fermeture des locaux fascistes », a plaidé La France Insoumise (LFI) dans un communiqué publié sur X. Sandrine Rousseau, députée EELV, et Olivier Faure, patron du PS, ont tous les deux évoqué une « ratonnade ».

Un des assaillants avait été interpellé dimanche soir, le parquet a indiqué à 20 Minutes qu’il était « toujours en garde à vue » et que les « investigations se poursuivaient ». Une enquête a été ouverte pour « violences aggravées, dégradations en réunion, participation à un groupement en vue de la préparation de violences ou de dégradations », a-t-il ajouté. Elle a été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Sujets liés