20 Minutes : Actualités et infos en direct
DÉONTOLOGIEA quoi ressemble le serment prêté par les nouveaux postiers ?

A quoi ressemble le serment prêté par les nouveaux postiers ?

DÉONTOLOGIEVingt agents récemment embauchés à la plateforme colis de Rennes ont signé lundi le formulaire qui les oblige à assurer leurs missions avec « conscience, honnêteté et probité »
Vingt agents récemment embauchés à la plateforme colis de Rennes ont prêté serment lundi matin.
Vingt agents récemment embauchés à la plateforme colis de Rennes ont prêté serment lundi matin.  - J. Gicquel / 20 Minutes / 20 Minutes
Jérôme Gicquel

Jérôme Gicquel

L'essentiel

  • Comme d’autres professions, les postiers doivent aussi prêter serment lorsqu’ils s’engagent.
  • Tout agent de La Poste s’engage ainsi à « respecter scrupuleusement le secret dû aux correspondances » ainsi que « l’intégrité des objets déposés par les clients ».
  • Les brebis galeuses, et elles existent dans les rangs de La Poste comme partout, s’exposent à de lourdes sanctions.

Les nouveaux avocats le font vêtus de leur robe devant la cour d’appel de leur barreau, les gendarmes réservistes et les policiers stagiaires au palais de justice. A La Poste, le décor est beaucoup moins solennel. Lundi matin, vingt agents récemment embauchés ont ainsi prêté serment dans une banale salle de réunion à la plateforme colis de Rennes. Car ce rituel, obligatoire pour les forces de l’ordre, les médecins ou les professionnels du droit, l’est aussi pour des métiers plus surprenants.

C’est le cas pour les architectes, les traducteurs et interprètes, les géomètres et donc aussi pour les postiers. Une vieille tradition apparue dès 1790 et qui engage tous les facteurs, agents de tri, guichetiers et cadres de La Poste à respecter les devoirs et obligations de leur fonction pour toute leur carrière. « C’est fondamental car notre service repose sur la confiance que nous accordent nos clients », souligne Eric Hardy, directeur de la plateforme colis de Rennes.

Les facteurs en connaissent beaucoup sur nos vies

Sur ce site, qui voit transiter chaque jour environ 180.000 colis par jour, les agents se doivent donc de « respecter scrupuleusement l’intégrité des objets. » Interdiction donc d’ouvrir les colis même s’ils sont éventrés et bien entendu de les voler même si la tentation est grande. Idem pour les facteurs qui s’engagent une fois recrutés à « respecter scrupuleusement le secret dû aux correspondances et aux informations concernant la vie privée. »

Vingt agents récemment embauchés à la plateforme colis de Rennes ont prêté serment ce lundi matin.
Vingt agents récemment embauchés à la plateforme colis de Rennes ont prêté serment ce lundi matin.  - J. Gicquel / 20 Minutes

Car c’est un fait, les facteurs en connaissent beaucoup sur nos vies. Ils savent par exemple si tel voisin est abonné à une revue érotique ou si tel autre a reçu une convocation de la justice. Autant d’éléments intimes qu’ils ne doivent en aucun cas partager avec leurs familles, amis ou collègues de travail. « Il faut se mettre à la place du client, personne n’a envie que l’on ouvre ses courriers ou ses colis », indique Abdoulaye. Ancien facteur, il a rejoint récemment la plateforme colis de Rennes. Et c’est à lui qu’est revenu l’honneur de lire le formulaire de prestation de serment devant ses collègues. « C’est un engagement qui témoigne de notre sérieux », assure-t-il.

Des sanctions pour les brebis galeuses

Mais La Poste doit parfois faire face dans ses rangs à des brebis galeuses qui mettent à mal l’honnêteté de tous leurs collègues. « On reste relativement épargné ici en Bretagne mais c’est problématique dans certaines régions, notamment en Île-de-France », précise Eric Hardy. Lors de la cérémonie, l’adjudant-chef Mathieu Fiquet de la brigade de gendarmerie de Mordelles (Ille-et-Vilaine) a d’ailleurs rappelé les sanctions pénales auxquelles s’exposent les contrevenants. « Pour un vol de colis, c’est trois ans de prison et 45.000 euros d’amende et un an de prison et 45.000 euros d’amende si on ouvre ou on détourne un courrier », a-t-il expliqué.

A cela s’ajoute la sanction disciplinaire qui peut conduire jusqu’au licenciement. « Je ne suis pas là pour vous faire peur ou vous faire la morale, poursuit le militaire. Mais vous savez maintenant à quoi vous attendre si vous dérapez. »

Sujets liés