Une fuite de quelques dizaines tonnes d’hydrocarbures a provoqué un incendie dans une usine Total

SOCIETE Il n'y a pas de blessés...

O.R. avec agence

— 

Des policiers inspectent l'usine de Total Petrochemicals à Carling (Moselle) après l'explosion qui  y a eu lieu le 15 juillet 2009.
Des policiers inspectent l'usine de Total Petrochemicals à Carling (Moselle) après l'explosion qui  y a eu lieu le 15 juillet 2009. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN/AFP

Une fuite de quelques dizaines de tonnes d’hydrocarbures a provoqué un incendie, mercredi, sur le site de l’usine Total Petrochemicals à Carling, en Moselle, sans faire de blessés, selon la préfecture de Moselle et des pompiers. «Le personnel travaillant à proximité a été évacué et un périmètre de sécurité établi», selon Total, dans un communiqué.

Vers 13h30, une fuite de gas-oil enflammé sur la colonne d’un clarificateur a été constatée, nécessitant deux lances de refroidissement et une lance d’extinction, ont indiqué les pompiers de la Moselle. Selon la préfecture, contactée par 20minutes.fr, il y avait 51 pompiers sur place peu avant 17h, venus en renfort de ceux présents sur le site.

Situation en main

«L'incendie s'est terminé vers 14h35», a expliqué un pompiers, sur place. La question est maintenant d'évacuer l'eau et les produits (mousseux) ayant été utilisés pour contenir l'incendie (au moment le plus fort de l'incendie, jusqu'à 4.000 litres par minute étaient envoyés). Des bassins de rétention ont récupéré l'eau, chargée en hydrocarbures. «Si les liquides n'étaient pas contenus, ils risquaient de déborder dans une petite rivière, le Merle», explique le pompier. Mais les bassins de rétention ont pu contenir les liquides en question, précise-t-il.

L’usine Total Petrochemicals de Carling produit notamment des plastiques de grande consommation (polyéthylène et polystyrène) ainsi que des produits pétrochimiques de base (éthylène, propylène, méthane, styrène).

Selon la préfecture, aucun risque de pollution atmosphérique n'a été annoncé. Un pompier explique qu'«il ne s'agissait que d'émission d'azote», qui ne produit pas de pollution atmosphérique.

En juillet 2009, une explosion sur le site avait tué deux employés.