Après la Corse, la Bretagne réclame à son tour son autonomie

boule de neige Loïg Chesnais-Girard a réclamé « l’autonomie à la Corse » proposée par Emmanuel Macron pour la Bretagne

20 Minutes avec AFP
— 
Le président de la région Loïg Chesnais-Girard s'est prononcé en faveur d'une plus grande autonomie de la Bretagne durant le congrès des régions, organisé à Saint-Malo.
Le président de la région Loïg Chesnais-Girard s'est prononcé en faveur d'une plus grande autonomie de la Bretagne durant le congrès des régions, organisé à Saint-Malo. — D. Meyer/AFP

C’est une idée qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. La proposition d’Emmanuel Macron de « bâtir une autonomie à la Corse » a été aussitôt saluée par les présidents de régions, en particulier le breton Loïg Chesnais-Girard, qui a réclamé « la même chose » pour s’affranchir d’un « centralisme passéiste ».

« J’entends que le président de la République parle de plus de liberté, d’autonomie pour la Corse, pour agir dans des domaines importants comme le logement, les langues ou d’autres sujets, eh bien nous demandons la même chose », a-t-il déclaré lors d’un point presse en clôture du Congrès des régions de France.

Vers l’autonomie pour d’autres régions ?

« Il n’y a pas des élus matures et responsables d’un côté qui peuvent avoir des droits d’agir au quotidien pour leurs habitants et d’autres élus qui vont rester dans un centralisme passéiste », a insisté Loïg Chesnais-Girard, qui a profité de la venue de la Première ministre Élisabeth Borne pour lui remettre un rapport détaillant ses souhaits pour « une plus forte décentralisation ».

A ses côtés, l’occitane Carole Delga a dit accueillir « plutôt positivement mais prudemment » cette « ouverture » du chef de l’État, resté jusqu’ici « assez hermétique sur la question ». « Je suis certaine que cette ouverture pour la Corse sera bénéfique aussi pour les territoires d’outre-mer, la Bretagne ou d’autres régions », a-t-elle ajouté.

Il y a quelques jours, le groupe de travail transpartisan sur l’autonomie avait remis au président de la région Bretagne un long rapport sur la question de l'autonomie régionale, plébiscitant notamment un nouveau système de régulation publique du logement et de l'habitat.