20 Minutes : Actualités et infos en direct
ECLAIREUREn Corse, Gérald Darmanin prépare la venue de Macron « fin septembre »

Corse : Gérald Darmanin sur l’île pour préparer la venue de Macron « fin septembre »

ECLAIREUREmmanuel Macron doit venir pour les commémorations des 80 ans de la libération de la Corse, il s’exprimera alors sur la possible réforme constitutionnelle
Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, à Ajaccio le 13 septembre 2023.
Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, à Ajaccio le 13 septembre 2023. - Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

La confirmation est venue de Gérald Darmanin : Emmanuel Macron va venir très prochainement sur l’île de Beauté. Arrivé mercredi pour deux jours en Corse, le ministre de l’Intérieur a en effet déclaré aux élus locaux qu’il « prépare le déplacement du président de la République qui viendra à la fin du mois de septembre ».

Sept mois après sa dernière visite, Gérald Darmanin s’est entretenu 30 minutes avec le président autonomiste de l’exécutif Gilles Simeoni avant de participer, à Ajaccio, à une assemblée générale des maires de l’île. Emmanuel Macron doit venir pour les commémorations des 80 ans de la libération de la Corse et il « aura l’occasion de s’exprimer devant vous, devant les Corses, sur les conclusions peut-être provisoires d’une année de discussions institutionnelles », leur a-t-il précisé.

Les deux lignes rouges de Macron

Fin février, lors de la reprise des discussions sur l’avenir institutionnel de l’île, à l’arrêt depuis six mois, le chef de l’Etat avait répété être prêt à inscrire d’éventuelles évolutions dans son projet de réforme constitutionnelle, à charge pour les élus corses et le ministère de l’Intérieur de lui présenter une proposition avant le 14 juillet.

« S’il y a évolution institutionnelle, ça n’est pas pour se faire plaisir », « c’est parce que nous considérerions collectivement que sans ça, nous ne pouvons pas améliorer la vie des Corses », a insisté Gérald Darmanin mercredi, précisant que l’évolution pourrait aller « jusqu’à la fabrication de la norme, ce que certains appellent autonomie ». Mais il a également rappelé les deux lignes rouges du président : « la Corse dans la République et pas deux catégories de citoyens sur le territoire national mais entre ces deux lignes, il y a une immense possibilité ».

Répondant aux élus qui souhaitaient parler du quotidien, le ministre a assuré que ce qui l’intéressait « à côté de l’autonomie législative, politique qui reste encore à discuter », « c’est l’autonomie agricole, c’est l’autonomie énergétique, c’est éviter d’envoyer ses déchets dans d’autres pays ».

« Nous vivons un moment que nous savons particulier, un moment important et certainement décisif », a pour sa part déclaré Gilles Simeoni, assurant que « les uns et les autres » ont fait « les efforts indispensables pour que la paix, qui est précieuse, soit enracinée ». Celui-ci aura d’ailleurs l’occasion de le redire ce jeudi matin au ministre. Gérald Darmanin doit en effet prendre le petit-déjeuner avec le maire d’Ajaccio, Stéphane Sbraggia avant de retrouver le président autonomiste de l’exécutif à 9h30 pour un second entretien.

Sujets liés