20 Minutes : Actualités et infos en direct
ReportageLaurent Wauquiez veut expérimenter l’uniforme, Gabriel Attal approuve

Interdiction de l’abaya à l’école : Laurent Wauquiez veut expérimenter l’uniforme, Gabriel Attal approuve

ReportageLe ministre de l’Education nationale a annoncé qu’il présenterait à l’automne un calendrier des modalités pour les établissements souhaitant instaurer le port de l’uniforme
Lors du déplacement de Gabriel Attal dans le Rhône ce vendredi, Laurent Wauquiez a annoncé vouloir expérimenter le port de l'uniforme dans les lycées de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Lors du déplacement de Gabriel Attal dans le Rhône ce vendredi, Laurent Wauquiez a annoncé vouloir expérimenter le port de l'uniforme dans les lycées de la région Auvergne-Rhône-Alpes.  - Bony/SIPA / SIPA
Caroline Girardon

C.G.

A Lyon,

« Nous sommes prêts à expérimenter le port de l’uniforme sur les lycées de notre territoire. » Si l’annonce de Laurent Wauquiez n’a pas réjoui les élèves du lycée Arnaud-Beltrame dans le 3e arrondissement de Lyon, secouant énergiquement la tête, elle a, en revanche, séduit Gabriel Attal. En déplacement dans le Rhône ce vendredi matin, le ministre de l’Education nationale a approuvé l’idée, dévoilant au passage qu’il « annoncerait à l’automne prochain un calendrier des modalités d’expérimentation. »

« Beaucoup de Français sont partagés sur cette question et aimeraient se faire une opinion. La meilleure façon de faire progresser le débat, c’est toujours d’expérimenter et de tester les choses », argumente Gabriel Attal, précisant être « favorable à ce que l’on puisse tester le port de l’uniforme, une tenue scolaire unique » dans les établissements français.

« Aucun coût supplémentaire pour les familles »

« Tester une idée pour voir si elle marche ne peut être que positif », abonde Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, voyant « un certain nombre d’avantages » conférés par le port de l’uniforme. « La possibilité de gommer les différences sociales, de favoriser un esprit collectif autour d’un établissement, énumère-t-il. Je pense aussi que cela peut faciliter le travail des chefs d’établissement qui, aujourd’hui, sont face à la dure tâche de distinguer les vêtements autorisés et ceux qui ne le sont pas et de fixer un code minimal de bon comportement. »

L’élu a par ailleurs précisé que cela « ne coûterait rien aux familles » puisque le conseil régional « financerait intégralement les tenues ».

Sujets liés