20 Minutes : Actualités et infos en direct
RECOURSLa décision du Conseil d’Etat sur l’abaya à l’école attendue ce jeudi

Abaya à l’école : La décision du Conseil d’Etat sur l’interdiction attendue ce jeudi

RECOURSLe 27 août, Gabriel Attal a décidé d’interdire le port de l’abaya dans les écoles, collèges et lycées publics
Une femme portant une abaya, à Lille le 28 août 2023.
Une femme portant une abaya, à Lille le 28 août 2023. - Denis Charlet / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Le ministre de l’Education Gabriel Attal va savoir ce jeudi si le Conseil d’Etat va dans son sens. La plus haute juridiction administrative doit rendre sa décision sur l’interdiction de l’abaya à l’école, contestée par une association qui pointe un risque de discrimination et d’atteinte aux droits.

Le Conseil d’Etat a été saisi en urgence par l’association Action Droits des Musulmans (ADM) pour obtenir la suspension de cette interdiction. Lors de l’audience mardi après-midi, le juge des référés a indiqué qu’il rendrait sa décision « sous 48 heures ».

Les plaignants pointent « un risque de profilage ethnique à l’école »

Pour les plaignants, l’interdiction de cette longue robe traditionnelle à l’école « porte atteinte aux droits de l’enfant, car elle vient viser principalement les enfants présumés musulmans, créant ainsi un risque de profilage ethnique à l’école ». Au cœur des débats : la décision prise le 27 août par Gabriel Attal d’interdire le port de l’abaya dans les écoles, collèges et lycées publics.

Lors de l’audience, le débat a beaucoup tourné autour de la portée religieuse de la tenue, l’avocat de l’ADM Vincent Brengarth assurant que l’abaya « ne peut pas être considérée comme un vêtement religieux mais traditionnel ». Mais pour le ministère de l’Education nationale ce vêtement « fait immédiatement reconnaître celui qui le porte comme appartenant à la religion musulmane ».

La présidente de l’ADM Sihem Zine a elle dénoncé une interdiction « sexiste » car « elle ne vise que les filles ». « Ce sont les Arabes qui sont visés », selon elle. Une inquiétude partagée par le Conseil français du culte musulman (CFCM) qui a alerté sur des « risques élevés de discriminations », en se réservant le droit de saisir lui aussi le Conseil d’Etat.

Quelque 300 élèves en abaya le jour de la rentrée

Parmi les autres angles d’attaque, Me Brengarth a dénoncé mardi une inflexion par rapport au droit existant, et la « volonté de faire une sorte de cheval de bataille politique » sur un sujet « résiduel ».

Lundi quelque 300 élèves, sur les 12 millions ayant fait leur rentrée cette semaine, se sont présentées en abaya devant leur établissement, et 67 d’entre elles ont refusé de la retirer, selon le ministère de l’Education nationale.

Sujets liés