Les infirmiers anesthésistes sont évacués des voies ferrées, gare Montparnasse

MANIFESTATION De nombreux trains subissent des perturbations...

O.R. avec Pauline Théveniaud

— 

Des infirmiers-anesthésistes bloquent les rails de la gare Montparnasse à Paris, mardi 18 mai 2010.
Des infirmiers-anesthésistes bloquent les rails de la gare Montparnasse à Paris, mardi 18 mai 2010. — AFP PHOTO / ERIC PIERMONT

Roselyne Bachelot ne voulait pas les recevoir, ils ont décidé de bloquer les voies. Plusieurs centaines d'infirmiers anesthésistes qui manifestaient ce mardi à Paris, sortant de l'itinéraire prévu pour la manifestation, ont fait irruption dans la gare Montparnasse vers 13h et bloqué les voies des trains.

>> Cet article est actualisé en temps réel, pour rafraîchir, cliquez ici

Peu après 16h, ils ont décidé de commencer à quitter les voies, déclarant se diriger vers le ministère de la Santé, selon une journaliste de 20minutes.fr sur place. Avant de finalement changer d'avis. Ils disaient vouloir obtenir par écrit les engagements pris par le ministère de la Santé devant une délégation. La majorité des manifestants semblait ensuite décidée à rester sur place tant que les engagements ne seront pas pris par écrit. A 17h30, les CRS évacuaient manu militari les derniers manifestants installés sur les voies. Vers 18h, des CRS ainsi qu'une manifestante ayant fait un malaise étaient encore présents sur les voies. Les autres infirmiers-anesthésistes envisageaient de se rendre au ministère de la Santé, afin d'y tenir une AG.

>> Le point sur le trafic vers l'ouest de la France (TGV, TER, Transiliens), c'est par ici

A 15h30, ils étaient entre 1.500 et 2.000 sur les voies, selon la SNCF et les manifestants. Au même moment, une délégation du ministère de la Santé s'est rendue à la gare Montparnasse, proposant l'ouverture de négociations les 3 et 15 juin prochains, selon Philippe Lamarche, responsable du collectif, contacté par 20minutes.fr.

«On reste sur les voies», expliquait-il alors. «Les forces de l'ordre commencent à pousser avec les boucliers et on attend les lacrymo», déplorait Philippe Lamarche, qui craignaint «que cela ne dégénère». Finalement, l'ensemble de l'évacuation s'est déroulée dans le calme.

Une journaliste de 20minutes.fr, sur place, explique que les voyageurs, présents en nombre, sont eux aussi «très calmes». Des cordons de sécurité limitaient l'accès aux quais.

«Nous ne bougerons pas»

«Devant le refus du cabinet de Mme Bachelot de nous recevoir, nous avons dévié l'ensemble de la manifestation vers la gare Montparnasse et envahi les voies de TGV», a déclaré Bruno Franceschi du collectif des Infirmiers anesthésistes diplômés d'Etat (IADE) CGT.

Réunis à l'appel de leurs trois principaux syndicats (la CGT, le Syndicat national des infirmiers anesthésistes et Sud), 2.500 à 3.000 infirmiers anesthésistes ont manifesté mardi à Paris, selon les syndicats. Les infirmiers anesthésistes ont commencé depuis plusieurs semaines un mouvement de protestation. Ils dénoncent la non-reconnaissance de leur spécialité.