20 Minutes : Actualités et infos en direct
Toulove (2/3)Entre retour à l’ex et « crush fort », l’été fort en « dates » de nos Toulousains

Entre retour à l’ex et « crush fort », l’été riche en « dates » de nos trois Toulousains

Toulove (2/3)Cet été, avec le soutien expert de la « love coach » Lucie Mariotti, « 20 Minutes » suit trois Toulousains à la recherche du date idéal
La Daurade est toujours un lieu propice pour le date idéal.
La Daurade est toujours un lieu propice pour le date idéal.  -  Baptiste Buisson / Unsplash
Lucie Tollon

Lucie Tollon

L'essentiel

  • Du rose aux murs, du rouge au cœur. L’amour s’installe avec l’été à Toulouse. Les célibataires profitent des soirées pour « choper » et les cœurs à prendre profitent des terrasses pour rencontrer l’âme sœur.
  • 20 Minutes suit tout l’été trois célibataires dans leur quête de l’amour. Avec l’aide l’experte Lucie Mariotti, love coach de La villa des cœurs brisés, on espère pouvoir retrouver Anastasia, Jasmine et Julien en couple à la sortie de l’été.
  • Dans ce deuxième épisode, nos trois célibataires ont sauté le pas du « date ». Match ou pas, Anastasia, Julien et Jasmine, se confient.

La chaleur du mois d’août est suffocante. L’été s’est bien installé à Toulouse dont les rues se vident peu à peu. Les locaux qui n’ont pas eu la chance de partir en vacances peuvent désormais trouver une place facilement en terrasse pour siroter une menthe à l’eau ou un Spritz en regardant dans le blanc des yeux, l’ami, le copain, le crush… Et si le temps est à l’accalmie au cœur de la Ville rose, c’est plutôt la tempête du côté des cœurs de trois célibataires : Anastasia, Julien et Jasmine.

Jasmine qui « crushe fort »

Jasmine, qui préférait laisser les choses se faire d’elles-mêmes, a plutôt été entreprenante depuis le début des vacances. Derrière ses lunettes de cycliste, la jolie brune pédale derrière l’amour. « J’ai eu un premier date chez moi. Il n’y a pas eu plus. C’était sympa mais je n’avais pas le feeling romantique. Donc je l’ai gosthé », confie-t-elle, pas vraiment fière de ce « ghost ». Mais elle n’a pas perdu pour autant son temps. La vingtenaire qui redoutait les intentions des filles ne s’arrête plus. Son jackpot ? Tinder ! : « plus simple finalement que draguer en face-à-face. » Après un premier date raté, la Toulousaine a réitéré l’expérience. La fille était « belle, super sympa ». « Ça a clairement matché entre nous mais je ne pense pas que ça deviendra sérieux. »

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? En effet, la vacancière à une belle demoiselle dans la tête : « Je lui parle depuis quelques semaines mais elle habite vers Montpellier donc pour l’instant, on ne peut pas se voir », commence à expliquer la nouvelle romantique qui se découvre. « Je la vois tout un week-end fin août. On a déjà prévu de faire plein de choses. J’ai trop hâte de la voir ! », s’enthousiasme encore celle qui « crushe fort ». Reste que d’ici ce fameux week-end, Jasmine continuera à faire d’autres rencontres sans finalement « trop d’espoir » : sa vacancière squatte toutes ses pensées.

Le + de Lucie Mariotti : « C’est toujours intéressant pour un être humain d’avoir la validation d’une autre personne. Mais cette dernière ne va faire que valider la réponse que Jasmine a déjà dans son cœur », explique la coach love concernant les différents dates de l’étudiante de 22 ans qui garde sa Montpelliéraine en tête. « Son ego a envie de faire des rencontres car c’est une forme de sécurité, cela évite l’attente. Ça peut lui permettre de se rassurer au cas où ça ne marche pas avec cette fille-là. Mais l’amour n’est grand et beau justement seulement quand il est vécu de manière grande et belle. Donc si ce Jasmine cherche, c’est une véritable histoire de cœur, je l’invite à patienter de manière romantique avant de voir l’élue de son cœur. »

Julien qui a toujours « peur de s’attacher »

Du côté du Julien, les choses ont pas mal changé. Rappelons que notre célibataire endurci était « dégoûté par l’amour » [et mettait de belles œillères sur sa peur de l’engagement]. Eh bien, le jeune homme a fait une rencontre et le feeling est bien passé tout de suite : « On a pris un verre. On s’est très bien entendu. Elle me plaisait beaucoup. On a décidé de se revoir et on continue à se voir régulièrement, à faire des dates, à passer des bons moments et ça se passe très bien ! » Mais il y a un hic : « ça pourrait vraiment être une fille avec qui je pourrais être en couple mais je n’ai vraiment pas envie de ça maintenant. Je n’ai pas envie de lui dire mais j’ai peur de m’attacher à elle. » Les deux tourtereaux n’ont pas encore eu la fameuse discussion. Sont-ils sur la même longueur d’onde ? Attend-elle plus de cette relation que lui ? Reste que chasser le naturel, il revient au galop, et Julien a décidément toujours peur de l’engagement.

Le + de Lucie Mariotti : « Ses peurs et ses doutes ne se jouent qu’entre lui et lui seul », détermine la célèbre coach de la Villa des cœurs brisés. « Je lui conseille d’entamer un dialogue à l’écrit avec lui-même pour faire parler ses peurs et également sa confiance. Il organise un débat entre les deux. La peur parlera de l’engagement, de l’attachement, par exemple. La confiance pourra le rassurer sur un attachement qui induira une envie de s’engager. Ça sera une discussion avec lui-même qui pourra grandement l’aider. »

Toutes nos séries de l'été

Anastasia qui date son ex qu’elle avait « encore en tête »

La mauvaise - ou la bonne ? - élève de ces dernières semaines, c’est Anastasia. Notre « cœur d’artichaut » a daté, certes, mais en laissant son « goût de l’aventure » à la maison. L’étudiante a préféré retourner vers un ex-petit ami. Un goût d’inachevé, un besoin de fermer définitivement le livre, ou simplement le choix de la facilité ? « Je l’avais encore dans la tête même si ça fait trois ans que nous ne sommes plus ensemble », admet Anastasia. C’est de retour chez ses parents, elle a retrouvé son voisin… enfin, ex-petit ami. « Quelque chose me rattachait à lui. Je crois qu’il fallait que j’en aie le cœur net. On s’est revus, on a eu notre rendez-vous et c’était fait. C’était fini », raconte la jeune femme qui se sent bien plus libre. Peut-être pour une nouvelle histoire d’amour.

Le + de Lucie Mariotti : Pour Lucie Mariotti, « le fait qu’Anastasia soit retournée dater son ex ne doit pas lui faire honte. Elle l’a fait parce qu’elle était en terre connue, c’était sa zone de confort. On n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise », met à plat la love coach. « Le goût de l’inachevé est compréhensible. Parfois, on a besoin que la boucle soit entièrement bouclée pour pouvoir complètement tourner la page. Le fait que ce ne soit pas concluant lui a permis de se dire ''O.K., je ferme ce livre et je peux avancer sereinement'' », ajoute Lucie Mariotti. Selon notre experte, retourner vers un ex peut-être une bonne idée… tout dépend des raisons pour lesquelles on le fait : « il faut toujours faire preuve de sagesse et se poser les bonnes questions. Si les réponses sont positives et sages, il faut y aller. »

Chers lecteurs et lectrices, voici quelques conseils de Lucie Mariotti pour réussir un date : « Il doit permettre à l’un et à l’autre de vivre une expérience au-delà de la rencontre. Par exemple, quelqu’un qui aime l’architecture va proposer une balade à Paris pour voir les beaux monuments. Quelqu’un qui aime les jardins, va proposer un pique-nique dans un parc par exemple, etc. Cela permet de découvrir la personne ne manière plus authentique. Quand on est face à face dans un café et que l’on se contente de boire ou de dîner, la personne est figée comme une photo. On n’a pas l’entièreté de ses gestes, de sa manière d’être, etc. ». Selon la love coach, il y a plusieurs avantages à faire une activité : « au moins, si le rendez-vous est ''raté'', c’est-à-dire que la personne ne vous plaît pas, vous aurez fait quelque chose que vous appréciez ou que vous aurez découvert. Et puis, cela permet davantage de spontanéité. »

Pour plus de conseils, vous pouvez vous rendre sur le site de Lucie Mariotti : https://luciemariotti.com/

Sujets liés