20 Minutes : Actualités et infos en direct
THÉÂTREDes actrices victimes d’agressions racistes au festival d’Avignon

Festival d’Avignon : Des actrices victimes d’agressions racistes soutenues par les organisateurs

THÉÂTRELes huit comédiennes et la metteuse en scène de « Carte noire nommée désir » ont été la cible d’attaques physiques et verbales sur scène, mais aussi dans les rues de la ville
La metteuse en scène Rebecca Chaillon et les huit comédiennes de la pièce ont été visées par des attaques racistes.
La metteuse en scène Rebecca Chaillon et les huit comédiennes de la pièce ont été visées par des attaques racistes. - LAURENT BENHAMOU/SIPA / SIPA
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Le spectacle Carte noire nommée désir de Rébecca Chaillon n’a été joué que cinq jours, du 20 au 25 juillet, dans le cadre du Festival d’Avignon. Les actrices et la metteuse en scène ont cependant été visées par des agressions verbales et physiques racistes. La Compagnie Dans le Ventre a dénoncé ces actes et défendu les artistes ce mardi. L’organisation du festival lui a emboîté le pas le même jour, rapporte le Huffington Post.

Des « déferlements de haine »

Dans ce spectacle que le Festival d’Avignon décrit comme « théâtral et performatif qui pose la question de la place des femmes afrodescendantes dans la société française », huit actrices noires se donnent la réplique. Dans une publication Facebook, les organisateurs du festival ont évoqué des agressions verbales et physiques à caractère raciste « lors des représentations, mais aussi dans les rues ». Ils ont témoigné de leur « soutien aux artistes » et de leur « solidarité », estimant qu’il était « inacceptable de laisser sous silence ces déferlements de haine ».

La compagnie a également reçu le soutien « inconditionnel » du collectif #MeTooThéâtre. Ce dernier a dénoncé des « actes » qui « témoignent du racisme et de la misogynie qui infusent toujours largement nos sociétés et le déficit de conscience et de volonté décolonisées ».

Rébecca Chaillon, metteuse en scène de la pièce, s’est par ailleurs exprimée sur les réseaux sociaux, remerciant les personnes ayant témoigné leur solidarité. « Ça fout la chiale de sentir que certain.e.s sont là, nous entendent, nous accompagnent », a-t-elle notamment écrit.

Sujets liés