20 Minutes : Actualités et infos en direct
HaineLa drag-queen Kitty Space victime d’une agression homophobe à Paris

« Drag Race France » : Kitty Space victime d’une agression homophobe à Paris

HaineLa drag-queen, Antoine au quotidien, a reçu le soutien de la production de Drag Race
Kitty Space, drag-queen candidate dans la saison 2 de « Drag Race Francee ».
Kitty Space, drag-queen candidate dans la saison 2 de « Drag Race Francee ». - Nathalie Guyon - FTV / Phototélé
Xavier Regnier

X.R.

«Je viens de me faire agresser. Pour quelle raison ? […]. Car je suis gay, queer, drag-queen, libre et que j’en suis fier ». Première candidate asiatique de la version française de Drag Race, Kitty Space a révélé mardi avoir subi une agression à caractère homophobe à Paris, dans une story publiée sur Instagram. Antoine, de son prénom a l’état civil, y partage en plus une photo, sur laquelle il arbore un œil au beurre noir.

L’agression a eu lieu dimanche soir à Paris, explique-t-il au Huffington Post, en rentrant chez lui après une soirée avec des amis. « Un mec m’a abordé pour me demander une cigarette. Je n’en avais plus. Il a commencé à vriller et à proférer des insultes homophobes », raconte le jeune homme, qui précise ne pas avoir été habillé en drag-queen lors de cet épisode. Les insultes tournent ensuite à l’agression physique. « J’ai pris des coups, je me suis défendu et il a pris la fuite. »

« Je ne veux pas qu’on me considère comme une personne agressée »

« Ça arrive pendant la diffusion de Drag Race, et je n’ai pas envie que cela pollue la joie que représente cette période. J’ai surtout envie de continuer à avancer et de mettre cette agression derrière moi », retient le jeune homme, qui souhaite porter plainte. « Il y a toujours eu beaucoup d’agressions homophobes, mais depuis quelque temps, on entend beaucoup d’histoires. Je me demande quand ça va s’arrêter… même si je sais que ce n’est pas près de cesser », regrette Antoine, qui veut continuer le « combat » pour les droits LGBT+.

La candidate assure avoir reçu le « soutien indéfectible » de la production de Drag Race France, et assure aller mieux, trois jours après l’agression. « J’essaie de me concentrer sur ma carrière de drag-queen et je ne veux pas qu’on me considère avant tout comme une personne agressée. Je veux aller de l’avant et vivre ma vie, cette personne n’aura pas ma liberté ! »

Sujets liés