20 Minutes : Actualités et infos en direct
atteinte à la vie privéeElisabeth Borne obtient le retrait d’un passage d’une biographie

Elisabeth Borne obtient le retrait d’un passage d’une biographie qui lui est consacrée

atteinte à la vie privéeDes exemplaires de la version originale restent disponibles en librairie
Elisabeth Borne souhaitait voir supprimer des passages qui interrogeaient son orientation sexuelle et une période d'anorexie.
Elisabeth Borne souhaitait voir supprimer des passages qui interrogeaient son orientation sexuelle et une période d'anorexie. - Geoffroy Van der Hasselt / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

La Première ministre Elisabeth Borne a obtenu de la justice le retrait d’un passage d’une biographie qui portait atteinte à sa vie privée, selon un jugement rendu vendredi. Le tribunal judiciaire de Nanterre a jugé que ce passage revêtait un « caractère gravement attentatoire au respect au droit à la vie privée » de la Première ministre et n’avait « que pour objet d’attiser la curiosité du public sur sa prétendue orientation sexuelle ».

Le livre concerné est La Secrète, de la journaliste Bérengère Bonte, publié le 4 mai par les éditions de l’Archipel. Celles-ci devront payer à la Première ministre 1 euro de dommages et intérêts, et 2.000 euros au titre des frais de justice. Elisabeth Borne avait assigné l’éditeur en justice pour qu’il retire, en cas de réimpression et en raison d’atteintes à sa vie privée, plusieurs passages de ce livre.

Le passage sur « l’anorexie » pas supprimé

La Première ministre « ne veut pas se soumettre à la tyrannie de la transparence, c’est cohérent avec ce qu’elle a toujours été, une femme discrète », avait plaidé son avocate fin mai. Le tribunal n’a pas accédé à toutes ses demandes. Il a expliqué dans le jugement rendu vendredi que la suppression de certains autres passages « constituerait une restriction disproportionnée à la liberté d’expression ». Sont concernés des propos sur une supposée « anorexie » d’Elisabeth Borne entre 2012 et 2015.



La maison d’édition a annoncé dans un communiqué vouloir faire appel. « Cette décision n’est qu’une étape dans un combat pour la liberté d’enquêter qui doit être celle des journalistes », a-t-elle estimé. « Mon éditeur@Ed_Archipel fait appel de cette décision en demi-teinte et poursuit ce combat si important pour la liberté d’enquêter et d’informer. En attendant, Elisabeth Borne, la Secrète reste en librairie dans sa version initiale jusqu’à extinction du stock », a pour sa part tweeté Bérengère Bonte.

Sujets liés