20 Minutes : Actualités et infos en direct
ArnaqueC’est quoi le « shoulder surfing », méthode de vols de cartes bancaires ?

C’est quoi le « shoulder surfing », méthode utilisée par les voleurs de cartes bancaires ?

ArnaqueQuatre individus soupçonnés d’avoir utilisé cette méthode de vol ont été interpellés par la gendarmerie du Finistère
La technique du shoulder surfing consiste à observer une personne au moment où elle compose son code confidentiel de carte bancaire.
La technique du shoulder surfing consiste à observer une personne au moment où elle compose son code confidentiel de carte bancaire.  - L. Hidalgo/Sipa / Sipa
Camille Allain

Camille Allain

L'essentiel

  • Trois femmes et un homme ont été interpellés le 26 février pour de multiples vols de cartes bancaires en France et en Europe.
  • Le montant du butin se chiffre à plus de 150.000 euros, souvent au préjudice de personnes âgées.
  • Les gendarmes alertent sur cette technique du « shoulder surfing », qui consiste à espionner une personne au moment où elle compose son code de carte bancaire.

La technique n’est pas nouvelle, mais elle a désormais un nom : le « shoulder surfing ». Littéralement : espionner par-dessus l’épaule. Cette ruse utilisée par des bandes de voleurs a été identifiée à de multiples reprises dans l’ouest de la France en 2022. Particulièrement concerné, le département du Finistère a été le théâtre de plusieurs arnaques de ce type, souvent au préjudice de personnes âgées. Dimanche 26 février, quatre individus soupçonnés d’avoir escroqué plusieurs centaines de personnes ont été interpellés dans un hôtel de Brive-la-Gaillarde (Corrèze). L’occasion pour la gendarmerie d’alerter sur les dangers du fameux « shoulder surfing ».

Parfois utilisée pour dérober des mots de passe, cette technique consiste à observer le code de carte bancaire des personnes en regardant par-dessus leur épaule au moment du paiement. D’après la gendarmerie du Finistère, les voleurs agissent en général au sein des supermarchés. « Ils dérobent ensuite discrètement le portefeuille des victimes. Après, ils utilisent les cartes des victimes pour retirer du numéraire et réaliser des achats », expliquent les enquêteurs. Ces derniers précisent que ce sont souvent des personnes âgées, moins alertes et moins promptes à repérer les comportements suspects, qui sont visées. La moyenne d’âge des victimes recensées est de 77 ans.



La technique utilisée est loin d’être amateur. D’après les enquêteurs, les trois femmes et l’homme interpellés appartiennent à un groupe criminel organisé international bosnien. Ils ont été interpellés dimanche par les gendarmes de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et du groupement de gendarmerie départementale du Finistère alors qu’ils étaient en escale dans un hôtel de Brive. De retour d’Espagne, les quatre mis en cause s’apprêtaient à retourner au-delà de nos frontières pour y poursuivre leurs vols, toujours sur le même mode opératoire. Ils ont sur eux 12.000 euros, soit l’équivalent de trois jours de « shoulder surfing ». D’après les gendarmes, le préjudice total s’élève à ce stade à 153.000 euros rien qu’en France. « Les rapprochements permettent d’établir que des faits sont également commis en Espagne, en Italie, en Suisse, en Croatie et en Allemagne, témoignant de la mobilité du groupe organisé ».

Attention à bien rester discret

Âgés de 22 à 35 ans, les quatre suspects sont déjà connus de la justice. Ils ont été placés sous mandat de dépôt en attendant leur jugement en comparution immédiate le 7 avril.

Pour éviter de se faire dérober son code de carte bancaire, il est primordial de s’assurer que personne ne se trouve à proximité de vous lorsque vous composez votre code confidentiel. Cette mise en garde est également valable pour les paiements en ligne. Il est parfois intéressant de placer sa main au-dessus de celle qui compose le code.

Sujets liés