20 Minutes : Actualités et infos en direct
TransportsUne avancée déterminante pour la ligne Montpellier – Perpignan

Occitanie : Une nouvelle déterminante pour la ligne Montpellier-Perpignan

TransportsLa déclaration d’utilité publique des travaux pour le premier tronçon de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan est un tournant décisif pour cette voie ferrée
Illustration d'un TGV.
Illustration d'un TGV. - P.Leveque/sipa / Sipa
Jérôme Diesnis

Jérôme Diesnis

L'essentiel

  • Par décret en date du 16 février 2023, les travaux du premier tronçon de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan ont été déclarés d’utilité publique.
  • Les travaux de cette première phase, longue de 52,3 km entre Montpellier et Béziers, devraient débuter en 2029 pour une mise en service attendue en 2034. Le gain de temps attendu est de 18 minutes entre les gares nouvelles excentrées Montpellier et Béziers.
  • Le trajet actuel est dénoncé par le collectif Alerte LGV Thau qui évoque de multiples conséquences écologiques notamment sur le massif de la Gardiole, le bassin de Thau et le terroir du Picpoul de Pinet.

C’est une avancée importante dans un dossier qui a longtemps ressemblé à un serpent de mer. Par décret en date du 16 février 2023, les travaux du premier tronçon de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan ont été déclarés d’utilité publique. Ce tronçon reliera Montpellier à Béziers. Une nouvelle étape dans la création de cette ligne censée relier l’Espagne à Paris mais qui a connu, depuis l’accord de Madrid le 10 octobre 1995, de multiples retards, côté français.



Depuis la création de la société de financement en 2022, le dossier s’est considérablement accéléré. « Cette ligne nouvelle permettra de répondre à la demande croissante de mobilité dans la région Occitanie en augmentant l’offre de transports du quotidien, évoque le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires. Elle proposera également une réponse aux problèmes de congestion sur cet axe ferroviaire. »

Mise en service attendue en 2034

Cette déclaration d’utilité publique définit la nature et le périmètre des travaux. Elle permet l’achat des parcelles nécessaires et a pour effet la mise en compatibilité des documents d’urbanisme. Les travaux de cette première phase longue de 52,3 km devraient débuter en 2029 pour une mise en service attendue en 2034. Ce tronçon doit offrir un gain de temps de 18 minutes entre les gares nouvelles (excentrées des centres-villes) de Montpellier et celle à construire de Béziers.

« Ce projet contribue à décarboner les mobilités des voyageurs et des marchandises de l’axe méditerranéen particulièrement saturé. Cette ligne mixte offrira un « doublet » de ligne indispensable pour offrir de nouvelles capacités ferroviaires, décongestionner et sécuriser le réseau de transport de tout le sud de la France et au-delà vers l’Espagne », estime Jean-Louis Chauzy, Président d’Eurosud Team. Cette association est spécialisée dans la veille stratégique, la promotion et la communication en faveur des grands projets de transport.

Mobilisation contre cette ligne autour du bassin de Thau

Une fois achevée la phase un, la loi fixe une durée maximale de dix ans entre la réalisation de la seconde phase, reliant Béziers à Perpignan. Le coût total du projet est estimé 7,931 milliards d’euros, financé par l’Europe, l’Etat et les collectivités territoriales. Dont 2,461 milliards pour le tronçon entre Montpellier et Béziers. Un tronçon qui suscite de très fortes réserves. Notamment dans le bassin de Thau où le collectif ALT (Alerte LGV Thau), réclame un trajet alternatif pour sauvegarder l’écosystème du bassin de Thau : « le projet actuel prévoit de scarifier le massif de la Gardiole pour garder des rails à plat. La faune, la flore et les cours d’eau sont menacés. Un immense viaduc serait aussi construit sur la nappe phréatique d’Issanka », dénonce Sylvie Louriac, trésorière de l’association.

« La LGV coupera le terroir du Picpoul de Pinet en deux : 10 % des vignobles vont disparaître, alerte l’association. Elle ensevelira en partie la Via Domitia, un tronçon routier datant de l’époque Gallo-Romaine, classé aux Monuments historiques ».


Sujets liés