20 Minutes : Actualités et infos en direct
non, c’est nonIl refuse de mettre son violon dans la soute de l'avion et rentre en bus

Ce musicien refuse de mettre son Stradivarius dans la soute de l’avion… et rentre chez lui en bus

non, c’est nonJanusz Wawrowski, un célèbre violoniste polonais, voulait veiller sur son instrument qui coûte cinq millions d’euros
Un célèbre violoniste polonais a préféré rentrer chez lui en bus plutôt que de mettre son violon d'une valeur de 5 millions d'euros dans la soute de l'avion. Photo d'illustration.
Un célèbre violoniste polonais a préféré rentrer chez lui en bus plutôt que de mettre son violon d'une valeur de 5 millions d'euros dans la soute de l'avion. Photo d'illustration. - Pixabay / PIRO4D / Newsgene
20 minutes avec agence

20 minutes avec agence

C’est une mésaventure dont Janusz Wawrowski se rappellera longtemps. Alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion pour rentrer chez lui au début du mois, après un concert à Vilnius (Lituanie), le violoniste polonais s’est vu refuser le droit d’amener son instrument de musique à bord de l'appareil en tant que bagage cabine, rapporte le Huffington Post.

C’est dans un post sur les réseaux sociaux que le célèbre musicien raconte son histoire. Alors qu’il souhaitait s’enregistrer, Janusz Wawrowski a eu la mauvaise surprise d’apprendre que son violon devait faire le voyage dans la soute de l’avion. « On verra bien s’il sera endommagé dans la soute », lui aurait dit un employé de la compagnie aérienne. Une nouvelle qui n’a pas du tout plu au musicien étant donné que son instrument respectait le format autorisé pour les bagages en cabine.


I was not allowed to bring my violin with me. The ground staff presented me with two options: put the instrument in the...

Posted by Janusz Wawrowski on Tuesday, February 7, 2023

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies


Huit heures de route

En outre, il ne s’agissait pas de n’importe quel violon mais d’un Stradivarius, une marque de lutherie extrêmement réputée pour ses instruments de grande qualité, qui coûte 5 millions d’euros. Une raison suffisante pour expliquer le refus de l’artiste de le laisser en soute par peur qu’il ne soit abîmé. Mais la compagnie aérienne n’a pas cédé.



Face à ce refus, Janusz Wawrowski a donc décidé de rentrer en bus à Varsovie pour s’assurer de la sécurité du violon. Si la compagnie aérienne avait d’abord refusé de lui rembourser son billet d’avion, elle s’est finalement ravisée face à la médiatisation de l’affaire et a qualifié son employé « d’inexpérimenté ». La société a également accepté de lui rembourser son trajet de huit heures en autocar.

Sujets liés