20 Minutes : Actualités et infos en direct
DécisionEmmanuel Macron veut « mettre fin » au Conseil français du culte musulman

Islam : Emmanuel Macron déclare « avoir décidé de mettre fin » au Conseil français du culte musulman

DécisionDepuis décembre 2021, le gouvernement ne considère plus le CFCM comme interlocuteur et l’a remplacé par le Forif
Emmanuel Macron veut consacrer le Forif comme nouvel espace de discussion.
Emmanuel Macron veut consacrer le Forif comme nouvel espace de discussion. - Ludovic MARIN / POOL / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Au revoir Conseil français du culte musulman, bonjour Forum de l’islam de France (Forif). Si le changement avait déjà été amorcé en décembre 2021, quand l’exécutif a commencé à snober le premier pour mettre en place le second comme instance de dialogue entre l’Etat et le culte musulman, Emmanuel Macron veut définitivement tourner la page. « Nous avons décidé de mettre fin au CFCM. De manière très claire. Et à son activité », a-t-il annoncé en recevant ce jeudi les membres du Forif.

« Les précédentes instances présentaient des limites que j’ai déjà eu l’occasion de nommer. Il y avait un dialogue qui a existé, il y a eu des vraies avancées. Je ne veux pas sous-estimer ce qui avait été fait, par exemple, avec le CFCM », a déclaré le chef de l’Etat. « Mais l’Etat discutait bien souvent aussi avec d’autres Etats, dans le cadre d’une forme de rémanence, pas simplement diplomatique mais qui embarquait aussi toute une histoire dont il fallait progressivement sortir », a-t-il justifié.

Histoire agitée au CFCM

Interlocuteur historique des pouvoirs publics à partir de 2003, le CFCM, composé de fédérations rattachées aux pays d’origine (Maroc, Algérie, Turquie, etc.), a connu ces dernières années de puissants différends internes. En décembre 2021, l’exécutif a décidé de ne plus le considérer comme interlocuteur et lui a préféré le Forif, une instance composée d’acteurs de terrain désignés par les préfets, qui s’est réuni en séance plénière jeudi, après un an d’existence, pour livrer ses premiers travaux.

Après plusieurs mois de blocage, le CFCM, amputé de plusieurs fédérations de mosquées l’ayant quitté, a décidé début janvier de continuer son existence. Il tient dimanche une assemblée générale, avec pour ordre du jour une éventuelle modification de ses statuts avec une représentation accrue des départements et une diminution du poids des fédérations le constituant.

« Le Forif, n’est pas le remplacement du CFCM »

Interrogé par la presse sur les propos du chef de l’Etat, le coprésident du CFCM par intérim, Ibrahim Alci, invité à la rencontre de l’Elysée, a répondu : « Un CFCM ça ne se dissout pas comme ça ». Le conseil d’administration « va se réunir » et « s’il veut dissoudre, ça se dissoudra », a-t-il dit, précisant que cela serait alors un processus « démocratique ».



A la question de savoir si le CFCM pourrait changer de nom, il a répondu, de manière évasive : « On pourrait, avec le conseil d’administration, acter la fin, oui ». Il a évoqué la possibilité d’une « renaissance du CFCM, différemment », via « une autre association, une autre organisation », mais n’a pas donné de détails. Selon lui, « le Forif, n’est pas le remplacement du CFCM ».

Sujets liés