20 Minutes : Actualités et infos en direct
ESCROQUERIELes « arnaques sentimentales » touchent un quart des adultes en France

Un quart des utilisateurs français de sites de rencontres ont été victimes d’une « arnaque sentimentale »

ESCROQUERIEEn moyenne, plus de la moitié des personnes arnaquées en France ont perdu 139 euros
L’étude a été réalisée auprès de 8.022 adultes dans 8 pays, dont 1.001 personnes en France (illustration).
L’étude a été réalisée auprès de 8.022 adultes dans 8 pays, dont 1.001 personnes en France (illustration). - Athree23 / Pixabay / Pixabay
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Un adulte français sur quatre à s’être inscrit sur une application de rencontre a déjà été victime d’une « arnaque sentimentale », selon un sondage réalisé dans huit pays, entre novembre et décembre, pour l’entreprise Norton, rapporte BFMTV. Certaines des victimes ont même perdu de l’argent.

L’étude a été réalisée auprès de 8.022 adultes dans huit pays, dont 1.001 personnes en France. Il en ressort que l’utilisation d’un faux profil (catfishing), la redirection vers un faux site de rencontres ou encore l’escroquerie à l’héritage sont les arnaques les plus fréquentes. Environ 55 % des utilisateurs français qui en ont été victimes ont perdu 139 euros en moyenne. C’est moins que les Allemands (144 euros), les Australiens (145 euros) ou les Américains (213 euros).


Une arnaque qui se développe en Côte d’Ivoire

La moyenne des arnaques en France est toutefois comparable à celles observées dans ces pays. L’Inde est le plus touché puisque environ deux tiers des habitants interrogés ont déclaré avoir été victimes d’une arnaque sentimentale.

Mais qui sont les escrocs ? Les arnaques de ce type se développent notamment en Côte d’Ivoire, indique France Info. Le pays serait devenu le repère de cyber-arnaqueurs qui font miroiter le grand amour à leurs victimes. Une veuve de 80 ans en a par exemple fait les frais. Après deux mois de relation avec un homme rencontré sur les réseaux sociaux, elle s’est fait délester de 20.000 euros. L’arnaqueur prétendait avoir besoin de cet argent pour payer des frais d’hôpitaux après une agression. Une somme qu’elle n’a jamais récupérée.

Si utiliser des applications de rencontres comporte des risques, il est possible de s’en prémunir en évitant de communiquer ses coordonnées bancaires.

Sujets liés