20 Minutes : Actualités et infos en direct
Lutte contre L’ANTISEMITISMEAu dîner du Crif, Borne évoque la déportation de son père à Auschwitz

Dîner du Crif : Elisabeth Borne évoque la déportation de son père à Auschwitz

Lutte contre L’ANTISEMITISMELa Première ministre a parlé de son histoire familiale pour appeler à « combattre de toutes nos forces l’antisémitisme »
La Première ministre Elisabeth Borne, au dîner annuel du Crif, à Paris le 13 février 2023.
La Première ministre Elisabeth Borne, au dîner annuel du Crif, à Paris le 13 février 2023. - Alain JOCARD / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Lors du dîner annuel du Crif lundi à Paris, Elisabeth Borne a raconté sa douloureuse histoire familiale afin de montrer l’importance de lutter contre l’antisémitisme. La Première ministre est ainsi revenue sur la déportation de son père à Auschwitz.

« Il y a des dates, qui marquent un destin. Pour mon père, mais en réalité pour toute ma famille, c’est le 25 décembre 1943 », a déclaré Elisabeth Borne dont le père, de confession juive, a été déporté à Auschwitz. Survivant, il a mis fin à ses jours en 1972, quand sa fille avait 11 ans.

Un difficile retour à la vie

« Ce jour-là, avec mon grand-père et mes oncles, il a été arrêté par la Gestapo. Puis ce furent les wagons plombés, les ordres, les coups, les humiliations. Drancy, Auschwitz. Ils étaient 1.250 au départ. Six sont revenus », a raconté la Première ministre, qui était l’invitée d’honneur de ce traditionnel rendez-vous du Conseil représentatif des institutions juives de France. Parmi les survivants, « certains ont réussi à garder le goût de l’espérance et la foi dans la vie. D’autres non. Je ne le sais que trop bien », a-t-elle poursuivi.

La cheffe du gouvernement a aussi raconté que « dans les mois qui ont suivi son retour des camps, (son) père avait commencé à parler, jusqu’à ce qu’on lui dise qu’il valait mieux se taire ». « Certains ont voulu poser une chape de silence sur le passé », a-t-elle expliqué, confiant que ce qui s’était « passé là-bas », son père le lui avait « écrit dans deux lettres ».

Devant près d’un millier d’invités (politiques, ambassadeurs, religieux, syndicalistes, artistes…) réunis au Carrousel du Louvre, Elisabeth Borne a appelé à « combattre, de toutes nos forces, l’antisémitisme, partout où il se montre, partout où il frappe, partout où il se cache ». Elle a en outre rappelé son souhait « que chaque élève de France » effectue « au moins une visite d’un lieu de mémoire au cours de sa scolarité », une des mesures du plan de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations liées à l’origine pour les années 2023-2026, présenté il y a trois semaines.

Des mesures pour aider les victimes à déposer plainte

Elle a par ailleurs indiqué qu' « au cours de l’année 2022, le nombre de faits antisémites a reculé de plus d’un quart par rapport à 2021 ». Une allusion au décompte publié récemment par le Crif. « Ce sont des progrès », a-t-elle dit, tout en appelant à « continuer à agir ». Concrètement, elle a rappelé les mesures aidant les victimes à déposer plainte. Et plaidé pour la mise en place d’un « dispositif unique, capable d’assurer à la fois le retrait des contenus (haineux en ligne) illicites puis leur traitement judiciaire ».

De son côté, le président du Crif, Yonathan Arfi a rappelé le rôle de l’éducation dans la lutte « contre la haine ». « L’antisémitisme prend aussi de nouveaux visages », a-t-il dit, citant notamment « l’islamisme », les « discours complotistes », la « haine d’Israël ».

Sujets liés