20 Minutes : Actualités et infos en direct
PROJETLa loi immigration créera « quelques milliers » de régularisations par an

Loi immigration : Olivier Dussopt estime que le projet représentera « quelques milliers » de régularisations par an

PROJETAprès la réforme des retraites, le gouvernement ouvre un autre chapitre sensible avec ce projet de loi critiqué
Olivier Dussopt et Gérald Darmanin portent le projet de loi immigration, très critiqué.
Olivier Dussopt et Gérald Darmanin portent le projet de loi immigration, très critiqué.  - AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Le projet de loi du gouvernement sur l’immigration, qui vient d’être présenté en Conseil des ministres, représentera « quelques milliers » de régularisations par an, a avancé samedi le ministre du Travail Olivier Dussopt.

« Nous travaillons sur quelques milliers par an », a déclaré sur France Inter Dussopt, qui, en tant que ministre de l’Insertion, porte ce texte aux côtés de Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur.

L’autre chantier sensible

Le gouvernement, déjà exposé à la contestation sur la réforme des retraites, a ouvert cette semaine un autre chantier sensible avec la présentation en Conseil des ministres d’un projet de loi sur l’immigration.

Ce texte revendique un équilibre entre « fermeté » et « humanité », selon les termes du président Emmanuel Macron, en comportant à la fois des volets sur les expulsions et sur des régularisations. Mais il braque les oppositions de gauche et de droite pour des raisons opposées. Et la majorité, elle-même, apparaît divisée entre son aile gauche et son aile droite sur les aménagements à apporter à ce projet.

Scepticisme sur le plafond de régularisations

Dussopt s’est abstenu de donner une estimation plus précise du nombre de régularisations à prévoir, soulignant qu’il était difficile de se faire une idée de la situation actuelle. « Quand on parle de situations irrégulières, généralement il n’y a pas de recensement exact sinon ça n’existerait pas sous forme irrégulière », a-t-il expliqué.

La principale mesure d’intégration concerne la création d’un titre de séjour qui régulariserait la situation des sans-papiers déjà embauchés depuis plusieurs années dans des secteurs qui peinent à recruter, comme la restauration. Mais cette mesure suscite l’opposition de la droite et de l’extrême droite, dont des parlementaires des Républicains (LR) dont le soutien pourrait être crucial pour faire adopter le texte.

A ce titre, Olivier Dussopt a exprimé son scepticisme quant à l’idée, lancée par Gérald Darmanin pour rassurer la droite, d’imposer un plafond aux régularisations effectuées dans ce cadre. « La mesure ne serait pas forcément utile parce que je pense que ça ne concerne pas des dizaines de milliers de personnes », a jugé Dussopt sur France Inter.

Sujets liés