20 Minutes : Actualités et infos en direct
mesureDes référents policiers et gendarmes pour les cas de maltraitance animale

Maltraitance animale : Des référents policiers et gendarmes formés pour recevoir les plaintes

mesureLe ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce vendredi la mise en place du dispositif dans 4.000 commissariats de police et brigades de gendarmerie de France
Les cas de maltraitance sur les animaux sont encore trop nombreux.
Les cas de maltraitance sur les animaux sont encore trop nombreux. - Isabelle Blanchemain / Flickr CC BY 2.0 / 20 Minutes
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Un policier ou un gendarme sera formé et désigné référent sur les questions des maltraitances animales dans les 4.000 commissariats de police et brigades de gendarmerie de France, a annoncé ce vendredi Gérald Darmanin. Le ministre de l’Intérieur confirme ainsi une information du Parisien qui explique que cette initiative a pour mission de faciliter la dénonciation des sévices infligés aux animaux.


L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies


Ces référents seront « particulièrement formés à prendre des plaintes pour bien comprendre le droit qui s’applique » et de « bien réceptionner les personnes qui viendraient dénoncer ces actes », a déclaré à la presse Gérald Darmanin, lors d’un déplacement sur un site de la SPA à Chamarande (Essonne). Selon une source proche du ministre, interrogée par le quotidien francilien, l’écoute des plaignants sera ainsi améliorée.

« Ce n’est pas suffisant »

Depuis janvier, 15 enquêteurs policiers et gendarmes rattachés à l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) ont intégré un nouveau service spécialisé dans la lutte contre la maltraitance animale.

Pour Hélène Thouy, avocate et co-présidente du parti animaliste, « ce n’est pas suffisant », relaie RMC. « Cela va dans le bon sens mais les moyens ne sont pas là au regard de l’ampleur du problème ». « Ils ont tout fait pour faire échouer la loi sur la corrida, ont fait des gros cadeaux aux chasseurs, rien pour les animaux d’élevage… Et là on donne quelques miettes, c’est un progrès mais loin d’être suffisant », poursuit-elle.

Les chiens plus touchés que les chats

En France, 12.000 infractions visant des animaux domestiques, apprivoisés ou tenus en captivité ont été enregistrées en 2021 par la police et la gendarmerie, en hausse de 30 % depuis 2016, selon les chiffres de Beauvau.



D’après Le Parisien, les chiens sont les plus touchés avec 46 % des cas de maltraitance en 2021, contre 24 % pour les chats. Les personnes à l’origine des sévices sont en grande majorité des hommes et ce sont les femmes qui effectuent les signalements.

Sujets liés