En Martinique, le choix d’un nouveau drapeau encore semé d’embûches

DISCORDE La gagnante du concours lancé pour le choix d’un nouveau drapeau pour représenter l’île lors de certaines manifestations a annoncé son retrait, dénonçant le cyberharcèlement dont elle est victime

S.A. avec AFP
— 
Sur cette photo d'archive prise le 27 février 2021, des personnes tiennent le drapeau du mouvement indépendantiste de la Martinique alors que plusieurs milliers de personnes manifestent à Fort-de-France, en Martinique.
Sur cette photo d'archive prise le 27 février 2021, des personnes tiennent le drapeau du mouvement indépendantiste de la Martinique alors que plusieurs milliers de personnes manifestent à Fort-de-France, en Martinique. — Lionel CHAMOISEAU / AFP

Une petite pièce d’étoffe, un colibri et une grande agitation. La Martinique s’est empêtrée ce mardi un peu plus dans la polémique autour de la désignation d’un drapeau pour représenter l’île après le renoncement surprise de la gagnante du concours organisé par les autorités.

La Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) avait relancé fin 2022 ce délicat processus pour doter l’île antillaise d’un emblème officiel afin de la représenter lors de manifestations sportives, culturelles, ou d’événements de coopération internationale. La CMT avait choisi de procéder à une consultation ouverte aux habitants du département, mais qui avait été émaillé de plusieurs incidents techniques.

L’instance organisatrice avait ainsi dénoncé des « cyberattaques » avant de reconnaître « certaines défaillances au sein de la plateforme de vote ».

Une vague de « cyberharcèlement »

A l’issue de ce vote, la proposition d’une jeune cheffe d’entreprise, Anaïs Delwaulle avait finalement remporté la majorité des 26.633 suffrages en lignes (72 %) face à l’emblème indépendantiste. Ce pavillon sans existence officielle et parfois considéré comme sulfureux reprend les trois couleurs du drapeau du mouvement indépendantiste à savoir le rouge, le vert et le noir.

Son projet, le n° 242, affichant un colibri sur le drapeau rouge vert et noir mais revisité en diagonale avait déclenché une vive polémique, ses détracteurs l’accusant notamment d’avoir plagié un dessin existant sur une banque d’image.

« Je retire ma proposition et je renonce à donner suite aux résultats de cette consultation », a indiqué, lundi Anaïs Delwaulle dans un communiqué de presse, se disant victime d’une une vague de « cyberharcèlement ».



Un nouveau classement attendu

Après ce désistement, la collectivité a apporté son soutien à la gagnante et annoncé qu’un nouveau classement serait établi pour permettre de faire émerger un vainqueur. « Un nouveau classement sera établi avec ce désistement, le drapeau n°891 prenant la place de premier. Ce classement sera transmis à l’Assemblée de Martinique, qui délibérera librement du choix final de l’hymne et du drapeau de la Martinique. Les élus de l’Assemblée de Martinique se prononceront les 2 et 3 février 2023 de manière définitive », a indiqué Serge Letchimy, Président du Conseil Exécutif de la CTM, à nos confrères de Martinique La 1ère.

C’est la deuxième fois que la collectivité martiniquaise lance une procédure pour le choix d’un drapeau et d’un hymne. Un emblème « Ipséité » en vert bleu et blanc, désigné sous la mandature d’Alfred Marie-Jeanne en 2019 avait été retoqué par le tribunal administratif de Fort-de-France en novembre 2021, ouvrant ainsi la porte à l’actuelle consultation.