20 Minutes : Actualités et infos en direct
TECHNOLOGIEDes élèves d’un master surpris en train de tricher à un devoir grâce à l’IA

Lyon : La moitié des élèves d’un master surpris en train de tricher grâce à l’intelligence artificielle

TECHNOLOGIEEn recevant des copies presque identiques, un enseignant de Lyon a découvert que la moitié de ses élèves avaient eu recours à un système d’intelligence artificielle superpuissant pour réussir le devoir… Ils ont même obtenu la moyenne
A Lyon, des étudiants ont été démasqués après avoir triché à l'un de leurs devoirs en utilisant un ChatGPT, une nouvelle intelligence artificielle surpuissante.
A Lyon, des étudiants ont été démasqués après avoir triché à l'un de leurs devoirs en utilisant un ChatGPT, une nouvelle intelligence artificielle surpuissante. - CFOTO/SIPA / Sipa USA
C.G

C.G

Une surprenante tricherie a été mise à jour à Lyon. Un enseignant en handicapologie, qui travaille dans le secondaire, s’est aperçu que la moitié de ses élèves inscrits en master avaient fait appel à un ChatGPT – une nouvelle intelligence artificielle surpuissante – pour rédiger l’un de leurs devoirs. En d’autres termes, qu’ils avaient triché.

Sept d’entre eux ont présenté les mêmes copies, révèle Le Progrès. Non pas sur le fond, mais sur le déroulé de l’argumentaire. Les mêmes constructions grammaticales, le même raisonnement présenté de façon identique, les mêmes types d’exemples.

Une note de 11,75 finalement

« À l’évidence, il ne s’agissait pas d’un plagiat de site, mais je n’ai pas compris tout de suite de quoi il s’agissait », indique l’enseignant au quotidien régional, précisant avoir rapidement réalisé que ces copies n’étaient « pas normales ».

L’une des élèves a fini par vendre la mèche, confessant que ses camarades avaient recours à ce processus d’intelligence artificielle et qu’ils s’étaient refilés le tuyau sur les réseaux sociaux.

Le résultat en soi n’a pas été mauvais. La machine, qui a travaillé à la place des étudiants, a, de fait, eu un raisonnement pertinent, valant une note de 11,75, selon l’enseignant. La direction de l’établissement a toutefois été avertie de cette pratique douteuse. Une enquête est en cours. Selon Le Progrès, la méthode serait très répandue. Des dizaines de collègues du professeur auraient déjà été confrontées au même problème.

Sujets liés