20 Minutes : Actualités et infos en direct
Avec un extérieurA Rennes, le balcon ou la terrasse obligatoires dans tous les logements

Dans Rennes Métropole, le balcon, la terrasse ou la loggia obligatoires dans tous les logements

Avec un extérieurLe nouveau plan local d’urbanisme intercommunal impose un espace extérieur dans les nouvelles constructions
Dans le nouveau quartier de Baud-Chardonnet, la très grande majorité des appartements sont dotés d'un balcon. Demain, ce sera une obligation légale à Rennes.
Dans le nouveau quartier de Baud-Chardonnet, la très grande majorité des appartements sont dotés d'un balcon. Demain, ce sera une obligation légale à Rennes.  - C.Allain/20 Minutes / 20 Minutes
Camille Allain

Camille Allain

L'essentiel

  • La métropole rennaise vient d’adopter une version révisée de son plan local d’urbanisme intercommunal.
  • L’une des mesures phares concerne l’obligation de créer un espace privatif extérieur comme un balcon ou une terrasse pour chaque logement implanté dans un bâtiment de plus de deux étages.
  • La métropole estime que les habitants aspirent à respirer et à s’aérer.

C’était l’une des conséquences des confinements successifs. A Rennes comme partout ailleurs, les personnes en recherche d’appartements ne réclamaient plus qu’une seule chose : avoir un espace extérieur. « Les gens demandent à avoir de l’air, c’était devenu presque systématique », nous confiait alors un notaire de la capitale bretonne. La tendance était déjà valable avant nos mois d’enfermement forcé mais elle s’était largement renforcée. Les épisodes de canicule subis cet été auront encore fait grimper ce désir de terrasse, de balcon et de jardinet.

A Rennes Métropole, ce qui était un argument de vente immobilière va devenir une obligation légale. Trois ans après l’adoption de son premier plan local d’urbanisme intercommunal, la collectivité vient d’acter plusieurs modifications. La plus emblématique impose un « espace extérieur privatif d’au moins 4 m² » pour tous les logements qui seront construits sur son territoire. Aucune règle ne l’imposait jusqu’ici.


Le long de la rue de l'Alma, la plupart des logements récemment construits sont déjà dotés d'un balcon ou d'une terrasse.
Le long de la rue de l'Alma, la plupart des logements récemment construits sont déjà dotés d'un balcon ou d'une terrasse.  - C. Allain/20 Minutes

La mesure adoptée jeudi soir par les élus métropolitains vise à « améliorer la qualité d’usage pour les résidents ». Cet espace extérieur pourra être aménagé sous forme de balcon, de terrasse, de loggia ou de petit jardin selon la typologie des lieux. Et si cela était impossible ? « Nous avons une tolérance de 10 % pour les appartements dans lesquels un tel aménagement n’est pas possible. Mais dans ce cas, le promoteur devra mettre à disposition un espace extérieur commun », expliquent des techniciens de la métropole. Dans les faits, tous les immeubles ayant plus de deux étages seront concernés par cette mesure.

« C’est un argument de vente »

Par ce choix, les élus de la métropole ont voulu aider les communes dans leurs échanges avec les promoteurs. « Les discussions sont parfois compliquées. Les communes poussent en général pour l’aménagement d’aménagements extérieurs et il y a une attente très forte de la population », assure André Crocq, vice-président à l’animation territoriale. Sauf que les constructeurs savent qu’un balcon va leur coûter plus cher et traînent parfois la patte. « Ils savent aussi que c’est un argument de vente », tempère la présidente Nathalie Appéré. Son interrogation ? « Le coût » qui pourrait faire grimper (encore) le prix d’achat dans le neuf.



A noter que la mesure concerne également les hébergements étudiants, les résidences seniors ou foyers de jeunes travailleurs. Dans ce cas, les règles sont les mêmes mais la surface minimale a été ramenée à 3 m². Un espace commun d’au moins 50 m² sera également exigé. La mesure prendra effet dans les mois à venir sur tous les dossiers de permis de construire.

Plus de places pour les vélos

La nouvelle version du plan local d’urbanisme intercommunal adopté par Rennes Métropole jeudi soir impose également davantage d’espaces dédiés au rangement des vélos. Jusqu’ici, la règle prévoyait un emplacement par logement construit. Désormais, il faudra prévoir deux places pour chaque T3 et 3 emplacements pour chaque T4

Sujets liés