Montpellier : Le tunnel de la Comédie, symbole de la nouvelle place du vélo dans la ville

Vélorution Fermé à la circulation depuis le mois de juin, le tunnel de la Comédie va être transformé pour devenir une piste cyclable permettant de faire la liaison entre les différentes « vélos lignes » de la métropole

Jérôme Diesnis
La future piste cyclable qui remplacera à l'horizon 2025 le tunnel de la Comédie fermé à la circulation depuis le mois de juin.
La future piste cyclable qui remplacera à l'horizon 2025 le tunnel de la Comédie fermé à la circulation depuis le mois de juin. — Montpellier 3M
  • A l’horizon 2025, le tunnel de la Comédie, autrefois réservé aux voitures, va devenir une galerie cyclable longue de 400 mètres.
  • Le symbole le plus marquant de la nouvelle place laissée au vélo au détriment de la voiture par l’équipe municipale.
  • Le parking de la Comédie va également être transformé. Il accueillera à son premier niveau, notamment, un « hub des mobilités ».

C’est une transformation majeure qui fait écho à une autre révolution. Le 21 juin 1986, l’ancien maire de Montpellier Georges Frêche inaugurait la nouvelle place de la Comédie, entièrement piétonne, reléguant les voitures sous la place, via un tunnel. Trente-six ans plus tard, sa fille Julie (PS), vice-présidente de la métropole en charge des mobilités et Michaël Delafosse, le maire président (PS) de Montpellier, ont entamé un nouveau virage à 90 degrés.



Ce même tunnel, fermé depuis le 27 juin aux 6.000 voitures qui l’employaient quotidiennement, va être transformé en piste cyclable. « Ouvrir le tunnel de la Comédie aux vélos, c’est la politique la plus symbolique de notre choc des mobilités. Mais aussi une pièce maîtresse du dispositif entre l’anneau vélo (autour de l’écusson) et les vélos lignes (qui desservent plusieurs villes de la métropole), souligne Manu Raynaud (EELV), adjoint au maire de Montpellier. Le but du jeu est de changer ses comportements. 60 % des trajets sur les distances de moins de quatre kilomètres sont faits en voiture ».

Scénographie lumineuse et baisse de la facture d’exploitation

Ce tunnel devenu « galerie cyclable » de 400 m de long sera mis en valeur par une scénographie lumineuse. Il doit aussi permettre de « restituer la priorité absolue du piéton » sur la place de la Comédie, fréquentée quotidiennement par 45.000 personnes, précise Julie Frêche. « Si les cyclistes peuvent passer au-dessous, ça signifie qu’ils ne pourront pas passer au-dessus et qu’ils n’exposeront pas les piétons, les enfants, les personnes âgées par un passage parfois rapide », précise Michaël Delafosse.


Le tunnel de la Comédie, par où transitait 6.000 véhicules quotidiennement, a été fermé à la circulation en juin 2022.
Le tunnel de la Comédie, par où transitait 6.000 véhicules quotidiennement, a été fermé à la circulation en juin 2022. - N. Bonzom / Agence Maxele Presse


Le maire de Montpellier évoque « une négociation de haute lutte auprès du ministère des transports, car la réglementation du tunnel de la Comédie était un tunnel de type Mont-Blanc. Nos frais d’exploitation et de fonctionnement de ce tunnel étaient donc extrêmement élevés, pour des raisons légitimes de sécurité. Cette transformation va nous faire faire des économies. Et nous aider à supporter le surcoût de la facture énergétique. »

Un « hub des mobilités » au premier niveau

Le parking de la Comédie, actuellement réservé aux voitures, va changer en partie de vocation. « La ligne 5 de tramway a permis de supprimer le trafic de transit et d’intégrer la place Saint-Denis et l’avenue Clemenceau au centre historique. Le statut du tunnel de la Comédie évolue vers un établissement recevant du public, ce qui nous permet de mettre en place de nouvelles fonctionnalités », estime Julie Frêche.

A l’horizon 2025, le premier niveau du parking deviendra « un hub des mobilités », ouvert notamment aux vélos (avec des stations de recharge pour les batteries des vélos à assistance électrique) et aux deux-roues motorisés. Il accueillera aussi des casiers pour mettre les trottinettes, des espaces de stationnement pour les vélos cargos et d’autres réservés aux voitures électriques (avec dix bornes de recharge) ou encore une aire d’autopartage. Le coût total de l’opération, des travaux du parking à la requalification du tunnel, est estimé à 7,8 millions d’euros.