Sécurité routière : C’est quoi ces radars « déplaçables » et fonctionnant sur batterie ?

vitesse Des radars fonctionnant sur batterie sont installés en bordure de certains axes accidentogènes et régulièrement déplacés

Camille Allain
Des radars autonomes seront déployés le long des axes accidentogènes. S'ils sont annoncés par un panneau, ils sont régulièrement déplacés.
Des radars autonomes seront déployés le long des axes accidentogènes. S'ils sont annoncés par un panneau, ils sont régulièrement déplacés. — J. Gicquel/20 Minutes
  • Des radars autonomes fonctionnant sur batterie sont progressivement installés au bord des routes françaises pour faire ralentir les automobilistes.
  • Autrefois appelés radars de chantier, ces appareils mobiles sont annoncés par un panneau mais sont régulièrement déplacés.
  • Trois nouveaux itinéraires sont désormais couverts par ce dispositif qui est amené à se multiplier.

Les panneaux sont progressivement installés et devraient bientôt se multiplier sur le bord des routes françaises. Comme pour les radars fixes, ils annoncent qu’un contrôle de vitesse est mené par un appareil automatique sur l’axe. La différence majeure ? L’incertitude de leur lieu exact d’implantation. Ces radars « déplaçables » avaient déjà été installés sur certains axes accidentogènes de France. Il semblerait qu’ils soient amenés à se développer pour sécuriser les itinéraires jugés les plus dangereux. En Ille-et-Vilaine, la préfecture vient d’annoncer la création de trois nouveaux itinéraires sur son territoire, en complément des deux axes déjà équipés en 2017. La Bretagne ne sera pas la seule région concernée.

Installés sur le bord des routes, les appareils autonomes fonctionnent sur batterie. Ils seront régulièrement déplacés le long de l’itinéraire « de sorte que la position du contrôle soit variable », précise la préfecture. Très performants, ils fonctionnent avec un système de laser à balayage particulièrement précis. A la différence du radar mobile, ils sont annoncés par un panneau. L’objectif ? « Faire ralentir l’usager, non plus uniquement à l’approche du radar, mais sur tout l’axe », ajoute le préfet Emmanuel Berthier. La batterie durant environ une semaine, les appareils seront régulièrement déplacés.

Un déploiement accéléré dans les prochaines années

Baptisés « itinéraires protégés », ces trois tronçons (lire encadré) sont parmi les plus accidentogènes en Ille-et-Vilaine. Dans le département, la vitesse est la première cause de mortalité routière.



Auparavant assimilés à des radars « chantiers » où ils avaient pour objectif de faire ralentir les automobilistes dans des zones de travaux, ces appareils mobiles devraient se multiplier sur le bord de nos routes. Alors que la France en comptait environ 250, elle pourrait en acheter 150 de plus d’ici la fin de l’année 2022. D’après le site L’Argus, le gouvernement prévoirait d’en installer 2.000 de plus dans les années à venir.

Les itinéraires concernés en Ille-et-Vilaine

Trois axes seront couverts par ces radars « déplaçables » en Ille-et-Vilaine. Ils seront installés sur la D82 entre Combourg et Saint-Grégoire, sur la D794 entre Sens-de-Bretagne et Vitré et sur la D777 entre Janzé et La Gacilly (Morbihan). Deux itinéraires autour de Fougères étaient déjà couverts par ce dispositif.