Précarité : Isabelle, étudiante à Paris a accepté de nous ouvrir ses comptes

CALCUL Face à l’inflation, à l’augmentation des loyers ou des prix de l’énergie, les populations les plus précaires souffrent. Parmi elles, les étudiants sont en première ligne. Isabelle, 23 ans, a accepté de faire ses comptes avec nous.

Suzana Nevenkic
Précarité : Une étudiante nous ouvre ses comptes — 20 Minutes

Alors que le gouvernement vient de débloquer une enveloppe exceptionnelle de 10 millions d’euros pour l’aide alimentaire aux étudiants, les queues devant les distributions à Paris ne font que s’agrandir. Samedi matin, place du Louvre, Isabelle, étudiante en master de sociologie vient récupérer fruits et légumes, produits d’hygiène et vêtements gratuits.

La jeune femme de 23 ans, originaire de Grenoble, s’est installée dans la capitale en 2021. Après avoir enchaîné les jobs étudiants, elle est désormais en année de césure et réalise un service civique de huit mois dans une ONG. Elle a accepté de nous ouvrir ses comptes et calculer toutes ses recettes et dépenses par mois.

Résultat, pour le mois de novembre les entrées d’argent cumulées représentent 1.037 euros contre 1.093 euros pour les dépenses. Des sommes qui peuvent varier dans l’année mais qui sont « quasiment toujours équivalentes ». Difficile pour Isabelle de ne pas avoir « une inquiétude constante » par rapport à l’argent. Lorsque c’est possible, elle met de l’argent de côté pour financer un stage de recherche prévu au Mexique en 2023 et ainsi valider son master 2 pour être diplômée.