Accidents du travail : Le gouvernement veut faire baisser le nombre de morts « de manière significative »

Objectif Le ministre du Travail Olivier Dussopt a affirmé mardi vouloir réduire « de manière significative et durable » le nombre d’accidents du travail mortels, qui reste supérieur depuis 2010 à « un plancher de verre » de 600 décès par an

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre du Travail Olivier Dussopt à l'Assemblée nationale, mardi 6 décembre 2022.
Le ministre du Travail Olivier Dussopt à l'Assemblée nationale, mardi 6 décembre 2022. — AFP

Un nouvel objectif pour Olivier Dussopt : réduire significativement le nombre de morts par an au travail.

« 600 morts par an, ce n’est pas acceptable. Il faut diffuser une culture de prévention dès la formation initiale, pendant la formation continue et auprès des chefs d’entreprise », a déclaré le ministre du Travail à l’issue d’un bilan d’étape avec les partenaires sociaux « du plan de prévention des accidents de travail graves et mortels » lancé en mars 2022.

645 accidents mortels du travail en 2021

En 2021, il y a eu, selon l’Assurance maladie, 645 décès reconnus en accident du travail, dont 361 malaises, 88 accidents de la route (hors accidents de trajet domicile-travail), 38 suicides et 158 autres (chutes de hauteur, utilisation des machines…).

Le plan cible les salariés les plus vulnérables (jeunes et nouveaux embauchés, travailleurs intérimaires, indépendants ou détachés), notamment lors de leur formation initiale pour les jeunes ou lors de la prise de poste.



Selon l’Assurance-maladie, près de 15 % des accidents graves et mortels surviennent au cours des trois premiers mois suivant l’embauche. D’autres campagnes ciblées sont organisées, notamment dans le BTP.

« Il ne faut pas jeter l’opprobre sur un secteur, car les branches accidentogènes sont souvent celles qui font le plus d’effort comme le BTP », a souligné le ministre, qui demande désormais à être informé de chaque accidentel mortel sous 48 heures.