Energie : Oui, l’Allemagne a bien annoncé une dizaine de coupures de courant en France… Mais c’est trop précipité

FAKE OFF L’information dévoilée par un député européen allemand selon laquelle la France connaîtrait une dizaine de coupures de courant cet hiver provenait en réalité d’une interview du président de RTE sur France Info… qui ne disait pas exactement cela

Lina Fourneau
Des coupures de courant vont-elles survenir en France, comme le prédisent les Allemands ?
Des coupures de courant vont-elles survenir en France, comme le prédisent les Allemands ? — Xavier Francolon
  • Face aux tensions énergétiques, la France connaîtra-t-elle dix coupures de courant cet hiver ? C’est ce qu’estimait un député européen allemand ce week-end sur Twitter. De quoi inquiéter les internautes français.
  • L’information a été publiée par la correspondante en France de l’hebdomadaire allemand Die Zeit qui affirme de son côté que l’Hexagone devra « couper le courant six à dix fois » cet hiver.
  • Elle utilise pour cela une interview du patron de RTE sur France Info qui n’affirme pas exactement la même chose.

Les médias français sont-ils en train de cacher les futures coupures de courant ? Pas vraiment. Pourtant, le week-end dernier, le tweet d’un élu du Parlement européen Michael Bloss a installé un doute sur la Twittosphère français. « L’opérateur de réseau français s’attend à jusqu’à dix coupures de courant planifiées en hiver. Le parc nucléaire le plus dense du monde devient un facteur à haut risque pour l’UE », a estimé l’élu écologiste allemand. La publication a depuis été aimée plus de 2.000 fois.


Car Outre-Rhin, les Français sont en effet de plus en plus inquiets des potentielles futures coupures de courant. « C’est toujours bien d’apprendre par l’étranger que jusqu’à 10 coupures de réseaux sont d’ores et déjà programmées par EDF. Ça fait plaisir de savoir que la population française n’a pas accès à l’information la concernant », a fustigé un internaute. Le problème, c’est que les médias français n’avaient pas non plus cette information. Mais alors d’où vient-elle ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Dans les médias français, pas une trace de cette estimation des dix futures coupures de courant. Nous décidons donc de chercher la même information en allemand [pour une fois que l’avoir choisi en LV2 peut servir]. Dans un article publié le 1er décembre dernier, titré « les lumières s’éteignent en France », la correspondance du média Die Zeit en France a expliqué que la France s’attendait « concrètement à devoir couper le courant six à dix fois dans certaines régions pour éviter une panne encore plus importante ».

« Indépendamment de la guerre en Ukraine, le pays voisin a un problème majeur d’approvisionnement énergétique. Environ la moitié des 56 centrales nucléaires ne peuvent pas ou ne produisent que partiellement de l’électricité en raison de défauts techniques ou d’un long entretien », poursuit la journaliste

Dans son article, la correspondante explique tirer ces estimations d’une interview du 1er décembre dernier de Xavier Piechaczyk, le président du directoire du Réseau électrique français (RTE) sur France Info. Face aux tensions rencontrées dans le parc nucléaire français, le patron de RTE a estimé que « quelques jours d’EcoWatt rouge sur l’ensemble de l’hiver » étaient possibles.

Six potentielles alertes

Or, un jour d’EcoWatt rouge n’est pas équivalent à un jour de coupure de courant. Pour rappel, ce dispositif piloté par RTE fonctionne comme une météo de l’énergie et vise à alerter les Français, les entreprises et les collectivités des tensions à venir sur le réseau électrique. « Jusqu’à six alertes rouges EcoWatt, cela signifie que nous allons dire six fois "attention au risque de coupures de courant si nous ne baissons pas notre électricité" », explique RTE auprès de 20 Minutes.

Ces alertes ne sont donc en aucun cas programmées à l’avance. « Aujourd’hui, il est impossible de dire avec certitude qu’il y aura des coupures », avance RTE. Si coupure il y a durant l’hiver, les Français en seront informés le jour même. Jusqu’à trois jours avant, seule l’alerte rouge pourra prévenir du risque et inciter les foyers et entreprises à baisser leur consommation.

« Le risque de coupure ne peut pas être totalement exclu »

Le 14 septembre dernier, ces prévisions avaient déjà été publiées dans un rapport RTE, réactualisé ensuite à la mi-novembre. « Dans la très grande majorité des situations, RTE n’envisage que quelques signaux EcoWatt rouge sur les six mois de l’hiver. Lorsque le système électrique est très tendu, le risque de coupure ne peut pas être totalement exclu mais il pourrait être évité en baissant la consommation nationale de 1 à 5 % dans la majorité des cas, et jusqu’à 15 % dans les situations météorologiques les plus extrêmes », avance le réseau.

Pour calculer ces risques, RTE a distingué trois scénarios différents : intermédiaire, haut et dégradé. Ils dépendent majoritairement de la disponibilité nucléaire, mais aussi de la situation météorologique. D’autres facteurs peuvent également intervenir : l’approvisionnement en gaz, la situation énergétique dans les pays voisins, le redémarrage ou non des réacteurs nucléaires français et bien sûr la demande des ménages. « La vision globale du 14 septembre reste valable. Dans les scénarios centraux, nous sommes toujours entre un et six signaux EcoWatt rouge cet hiver », conclut RTE.