ZFE à Toulouse : Qu’autorise le « pass petits rouleurs » ?

Mobilités Alors que les voitures ayant une vignette Crit’Air 4 seront interdites dans le périmètre de la zone à faibles émissions (ZFE) de Toulouse en janvier, leurs propriétaires auront une dérogation pour y rouler 52 jours par an

Béatrice Colin
Un panneau signalant une zone à faibles émissions (ZFE), ici à Paris.
Un panneau signalant une zone à faibles émissions (ZFE), ici à Paris. — Clément Follain
  • A compter du 1er janvier, les voitures ayant une vignette Crit’Air 4 ne pourront plus rouler dans le périmètre de la zone à faibles émissions de Toulouse, une interdiction élargie aux Crit’Air 3 en janvier 2024.
  • Face à la levée de boucliers, notamment de ceux qui circulent peu ou viennent de temps en temps à Toulouse, la métropole a indiqué qu’elle allait mettre en place un « pass petits rouleurs ».
  • Ces conducteurs épisodiques pourront rouler sur dérogation 52 fois par an dans la ZFE en se déclarant sur une plateforme dédiée qui verra le jour en janvier prochain.

Au 1er janvier prochain, les propriétaires de voitures ayant une vignette Crit’Air 4 ne pourront plus rouler dans une grande partie de Toulouse, celle relevant de la zone à faibles émissions (ZFE). Et en 2024, ce sera le cas des automobilistes ayant une vignette Crit’Air 3. Une mesure prise pour réduire la pollution atmosphérique mais qui, depuis de nombreux mois, suscite de vives critiques. Notamment de ceux n’ayant pas les moyens de changer leur véhicule, malgré le système d’aides financières déployé par la métropole. Ceux venant rarement en ville ou utilisant peu leur voiture n’étaient pas en reste.

« Nous avons eu une demande assez large de citoyens qui conduisent peu. Ce sont souvent des retraités ou des gens qui viennent épisodiquement à Toulouse », reconnaît François Chollet, vice-président de la métropole chargé de l’écologie, du développement durable et de la transition énergétique. Pour ces derniers, la collectivité a donc décidé de mettre en place un « pass petits rouleurs » pour la ZFE, dont la mise en place sera votée ce jeudi lors du conseil métropolitain.



Ainsi, 52 jours par an, soit en moyenne une fois par semaine, ces conducteurs de véhicules anciens, qu’ils soient particuliers ou professionnels, seront autorisés à rouler en ville. « Cela fonctionnera comme un carnet à souches. Une plateforme va être mise en place fin janvier. Les personnes devront s’inscrire une fois et à chaque fois qu’elles rouleront dans la ZFE, elles feront une demande en ligne, au minimum un jour avant. Elles recevront alors un fascicule qu’elles pourront imprimer et mettre sur leur tableau de bord », indique l’élu qui s’est inspiré du système mis en place par la Belgique.

Extension des primes aux Crit’Air 3 en réflexion

Cette dérogation donne donc droit à 52 jours par an, à l’instar de ce qui se fait à Lyon. A Strasbourg, ce pass « petits rouleurs » est de 24 jours sur le même mode de fonctionnement quand, à Montpellier, il concerne ceux qui roulent moins de 8.000 km/an. A Toulouse, cette mesure peut concerner à terme près de 45.000 conducteurs ayant des véhicules immatriculés avant septembre 2013 pour les diesels et septembre 2009 pour les véhicules à essence.

Alors que les échéances de mise en œuvre progressive se rapprochent, la collectivité réfléchit à élargir son dispositif d’aides. « Cela tombe dans une période d’inflation, qui n’est pas facile. Nous sommes en train de regarder si nous pouvons faire évoluer le système de primes pour l’étendre aux propriétaires de véhicules Crit’Air 3, ainsi que les motards », annonce François Chollet qui devrait pouvoir indiquer en février la faisabilité de ces dispositifs.