Ecoles : Les élèves privés de cours en cas de délestage, les syndicats préoccupés

education Dans les zones qui subiront des coupures de courant programmées et ciblées cet hiver, le ministre de l’Education Pap Ndiaye a confirmé que l’école ne serait pas assurée en matinée. Une nouvelle qui inquiète les syndicats

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de l'Education Pap Ndiaye à Matignon, vendredi 2 décembre 2022.
Le ministre de l'Education Pap Ndiaye à Matignon, vendredi 2 décembre 2022. — AFP

Face aux coupures de courant ciblées et programmées cet hiver, l’école ne sera pas assurée le matin dans les zones touchées par ces délestages, a confirmé le ministre de l’Education Pap Ndiaye. Jeudi, Matignon avait rendu publique une circulaire destinée aux préfets pour qu’ils anticipent et préparent la population, les entreprises et les administrations aux coupures d’électricité.

« Les délestages programmés vont en effet toucher les écoles et les établissements scolaires, selon trois créneaux : 8h-10h, 10h-12h et puis 18h-20h le soir. Les deux premiers créneaux sont les créneaux scolaires, qui sont les plus critiques », a détaillé Pap Ndiaye à la presse, lors d’un déplacement au Salon Educatech Expo à Paris.

« Mélange de surprise et de colère » pour les syndicats

« Des fiches seront envoyées également dans les écoles, pour être prêts », a indiqué le ministre. Par ailleurs, « des écoles situées à proximité de structures qui ne subiront pas les délestages » pourront « accueillir les enfants de personnels prioritaires, selon un schéma qui a d’ailleurs été expérimenté pendant la crise sanitaire ».


Les syndicats enseignants ont fait part de leurs inquiétudes et de leur surprise face à ces annonces. « On revit exactement la même chose que sous le Covid », a déploré Sophie Vénétitay du Snes-FSU, premier syndicat du second degré. « On ressent un mélange de surprise et de colère ».