Avec Hippolib, les personnes lourdement handicapées peuvent (re) monter à cheval

HANDICAP A l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées, ce samedi, « 20 Minutes » s’intéresse à ce dispositif favorisant la pratique de l’équitation, notamment pour des anciens cavaliers

Julie Urbach
Le dispositif Hippolib s'adapte à toutes les selles de cheval.
Le dispositif Hippolib s'adapte à toutes les selles de cheval. — BODY Philippe Hippolib
  • Adaptable sur toutes les selles, l’Hippolib permet un maintien à l’avant et à l’arrière du cavalier en situation de handicap.
  • Le produit, qui se décrit comme unique en son genre, cherche à se démocratiser, en France et à l’étranger.

« Ça nous a changé la vie. » Aux Chevaux d’Agnetz, le bilan est on ne peut plus positif. Depuis quatre ans qu’un Hippolib est arrivé dans ce centre équestre de Picardie, de nombreuses personnes handicapées, très lourdement parfois, ont pu pour la première fois monter à cheval. « Jusqu’alors, ce n’était pas possible, ou il fallait les tenir à plusieurs de chaque côté, raconte Pauline Desguerre, directrice de ce centre associatif spécialisé en équithérapie de 50 poneys et chevaux. Désormais, même les personnes tétraplégiques, qui manquent pourtant d’équilibre et de tonicité, peuvent pratiquer l’équitation, en toute sécurité. »

Créé il y a dix ans à Saumur (Maine-et-Loire) et toujours fabriqué sur place, l’Hippolib est un dispositif qui s’adapte facilement sur tous types de selles. Une fois fixé, un module vient maintenir le cavalier à l’avant, au niveau du pommeau, et un second permet de l’aider à garder le dos droit, tout en gardant le contact avec l’animal. « Une sangle permet de bien resserrer afin de procurer un réel cadre de maintien, adaptable à toutes les morphologies, explique Emmanuelle Blanche, responsable commercial chez Mouvly (groupe G2M). C’est un produit issu d’un besoin, formulé par une cavalière paraplégique du Cadre noir de Saumur. Il a fallu six ans de développement pour y arriver à tel point qu’aujourd’hui, il n’existe aucune solution aussi confortable sur le marché. »

Handicap moteur et mental

Depuis sa création, plusieurs dizaines d’Hippolib ont été vendus par an, principalement grâce au bouche-à-oreille. Mais aujourd’hui, Mouvly souhaite se développer à l’international, en Europe pour commencer, avec de premiers revendeurs déjà trouvés en Italie, Allemagne ou en Belgique. En France, l’entreprise espère que son produit (vendu au prix de 2.880 € HT) sera bientôt éligible à un remboursement total, afin qu’il puisse se démocratiser davantage. Car le public serait plus large qu’on ne le pense et aurait de multiples applications.



« Nous nous en servons tous les jours avec des adultes, des enfants, des personnes atteintes d’un handicap moteur mais aussi mental, le plus souvent orientés par des centres de rééducation, illustre Pauline Desguerre. Pour eux, c’est une vraie ouverture, qui leur apporte à tous quelque chose, selon les besoins : récupérer une motricité pour certains, ou tout simplement se décontracter, s’apaiser, se faire plaisir… » Hippolib s’adresse également aux cavaliers plus confirmés. « C’est un espoir pour eux, celui de se dire qu’il est possible, malgré le handicap, de remonter à cheval, estime Emmanuel Blanche. C’est un gros gain de liberté. »