RATP : Jean Castex, le nouveau PDG, promet de « faire mieux »

Défi L’ancien Premier ministre est entré en fonction lundi, et assure avoir entendu « le message des voyageurs »

20 Minutes avec AFP
Jean Castex à l'Elysée, du temps de son mandat de Premier ministre.
Jean Castex à l'Elysée, du temps de son mandat de Premier ministre. — AFP

Le changement, c’est maintenant ? Le nouveau PDG de la RATP Jean Castex promet de « faire mieux », et en particulier de rétablir un service de qualité dans un climat social apaisé, dans une interview au Parisien à paraître mercredi.

Entré en fonction lundi, Castex rappelle ses priorités, déjà présentées lors des auditions préalables à sa nomination au Parlement : « La ponctualité, la sécurité, la propreté, la qualité de l’information… Ce sont pour moi les missions premières du service public de transport. »

« Un très lourd défi »

« Je prends mes fonctions dans un contexte social tendu par la question du pouvoir d’achat, l’inquiétude générée par l’ouverture à la concurrence des bus, les problèmes de ponctualité, etc. », reconnaît-il. Alors que la Régie peine à faire circuler correctement ses métros et bus, affectée notamment par une pénurie de conducteurs et un absentéisme préoccupant, rétablir la situation est pour Castex « un très lourd défi ».

« Il nous faut établir un diagnostic afin d’agir sur tous les leviers à notre disposition que sont le recrutement, l’attractivité de l’entreprise, mais aussi le bien-être au travail, comme élément de fidélisation et de lutte contre l’absentéisme », souligne-t-il. Dans l’immédiat, il doit rencontrer les syndicats « dès cette semaine », et répète qu’il veut avancer dès décembre les négociations annuelles sur les salaires.

« J’ai entendu le message des voyageurs »

Sur la réforme des retraites qui toucherait directement les agents de la RATP, la balle est dans le camp du gouvernement. « Mais l’entreprise veut pouvoir donner son avis et accompagner les mesures qui seront prises. Et je ne connais pas de meilleure voie pour cela que la négociation », relève-t-il.

Outre un effort sur la ligne B du RER, la plus irrégulière du réseau francilien, ses priorités, dit-il, « ce sont celles des usagers, c’est-à-dire toutes les lignes de bus et de métro qui sont impactées par le problème de sous-effectif et qui devraient voir leur qualité de service progresser dans les prochains mois ». « J’ai entendu le message des voyageurs et nous allons faire mieux », promet Castex.

De l’aide proposée à Valérie Pécresse

L’ancien Premier ministre dit aussi vouloir apaiser les relations entre la RATP et Ile-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité organisatrice des transports publics dans la région parisienne, et sa présidente Valérie Pécresse. « J’ai proposé qu’on liste tous les sujets urticants pour trouver les solutions », indique-t-il.

Il propose aussi, « avec les réserves que (sa) fonction exige », ses services pour aider Pécresse, en délicatesse avec le gouvernement, à trouver des moyens de sortir des difficultés budgétaires provoquées notamment par la flambée des coûts de l’énergie, qui pourraient l’amener à augmenter les tarifs de 20 % en 2023.