La Fnac choisit de remettre en rayon le jeu « Antifa » après examen

FAUSSE ALERTE Le jeu ne comporte « rien de nature à justifier un refus de le commercialiser », d’après le magasin

20 Minutes avec AFP
Lille, le 11 octobre 2011. Le magasin Fnac du centre ville de Lille.
Lille, le 11 octobre 2011. Le magasin Fnac du centre ville de Lille. — M.LIBERT / 20 MINUTES

Le retrait aura été court. La Fnac a annoncé mardi reprendre la vente du jeu de société « Antifa », retiré la veille des rayons après des critiques sur Twitter venues notamment de l’extrême droite, estimant qu’il ne comportait « rien de nature à justifier un refus de le commercialiser ».

« Ce week-end, les équipes de la Fnac ont été alertées par nos clients au sujet du jeu Antifa, qui n’avait pas été référencé au niveau du groupe, mais que certains magasins Fnac avaient décidé de mettre en rayon, comme ils en ont la liberté », a expliqué le distributeur dans un communiqué.

Dimanche, le syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) avait critiqué la Fnac en l’accusant de « mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans les manifestations ». Plusieurs élus RN avaient également interpellé le distributeur sur ce jeu crée par le site « La Horde » et édité par les éditions Libertalia.

Analyse « en profondeur »

« Ne connaissant pas le contenu exact de ce jeu et dans l’attente d’une vérification approfondie, nos équipes ont décidé à titre de précaution d’en suspendre la vente », explique mardi la Fnac. « Depuis hier, nous avons pris le temps d’analyser en profondeur le contenu du jeu (…) et nous avons pu constater qu’il ne comportait rien de nature à justifier un refus de le commercialiser », a indiqué le distributeur.

La Fnac a donc « décidé de lever la suspension et de reprendre la vente du jeu », « conformément à sa mission de diffuseur culturel qui commercialise tout ce qui est autorisé par la loi, dans l’esprit qui a toujours été le sien de liberté et de diversité ».

Rupture de stock

Sur son site Internet, l’éditeur présente « Antifa le jeu » comme « un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local » en mettant en place des « actions qui vont vous demander du temps, des moyens, et un peu d’organisation ».

L’affaire a donné à ce jeu peu connu un coup de projecteur inédit, si bien que Libertalia indiquait lundi après-midi que la nouvelle édition du jeu en vente sur son site était épuisée. L’éditeur, qui avait dénoncé des « allégations mensongères émanant de l’extrême droite », précise mardi sur son site avoir lancé une réimpression et être en mesure de livrer de nouveaux exemplaires en janvier.