Toulouse : Un bidonville évacué en bord de Garonne, quatre familles prises en charge

Pauvreté Un peu moins d’un mois après une décision de justice, un bidonville apparu en janvier sur les berges de Garonne, à Toulouse, a été évacué ce mardi. Vingt-huit personnes d’origine albanaise y campaient toujours

H.M.
— 
Le démontage d'un campement à Toulouse. Illustration.
Le démontage d'un campement à Toulouse. Illustration. — Alexandre GELEBART

Les abris de fortune apparus en janvier dernier sous le pont Garigliano de Toulouse, en bord de Garonne, vont disparaître. Le 2 novembre, le tribunal administratif avait autorisé les autorités à évacuer, en respectant un délai de quinze jours, ce bidonville où vivaient, dans l’insalubrité, environ 90 migrants d’origine albanaise, parmi lesquels de nombreux enfants. « L’évacuation de ce campement illicite » a eu lieu ce mardi matin annonce la préfecture, après un « diagnostic précis » de la situation des occupants.



Quatre familles, « soit 18 personnes, dont 10 enfants », étaient toutefois toujours sur place ce mardi au moment de l’évacuation « Une famille avec cinq enfants a été prise en charge en nuitées hôtelières en raison de sa vulnérabilité et les trois autres familles, l’ont été dans le dispositif national d’accueil dans le cadre de leur demande d’asile », précise la préfecture. L'association Utopia56, qui a suivi le campement, déplore de son côté que « les menaces d’expulsions expéditives, opérées depuis le 10 octobre par les services de l’Etat, [aient] amené une grande partie de ces personnes à quitter ce bidonville prématurément et à s’invisibiliser encore plus par peur d’être renvoyées en Albanie le jour de l’expulsion ».

Des travaux doivent démarrer sur le site du campement dans le cadre du projet de « Grand parc Garonne », mené par Toulouse métropole.