Hausse des prix : Comment les clients d’un Aldi (ré) organisent leurs achats alimentaires

PRIVATION Brut, partenaire de « 20 Minutes », rencontre des consommateurs dépités

20 Minutes avec Brut
Un jour avec les clients d'un supermarché Aldi — 20 Minutes - Brut

« Je vais peut-être en avoir pour soixante euros et y a rien dans le caddie. Alors qu’avant, avec soixante euros, t’avais le caddie plein. Ou au moins la moitié », déplore une mère de famille qui, face à la hausse des prix des produits alimentaires, fait ses courses dans un supermarché Aldi.

Des clients qui se privent

Comme elle, de nombreux consommateurs fréquentent désormais les enseignes de hard discount, comme Aldi ou Lidl, « pour dépenser (un peu) moins ». « Quand je vois la boîte de huit steaks hachés à dix euros, le rôti à vingt euros… Pfff ! J’en achète parce que j’ai des enfants et qu’il faut qu’ils mangent. Si j’étais seule, je ne mangerais pas », ajoute-t-elle.

Certains en viennent même à restreindre, la mort dans l’âme, leur budget pour les fêtes : « les bougies sont chères, regrette une dame. J’hésite, quand je vois le prix de ce lot de quatre bougies. Non, je ne peux pas. Tant pis, je ne ferai pas de chemin de table cette année ! ».