Saint-Etienne : Un homme en garde à vue après l’enlèvement d’un bébé par ses parents

enquete Enlevée au CHU de Saint-Etienne, l’enfant n’a toujours pas été retrouvée ce samedi en début de soirée

20 Minutes avec AFP
Police. Ilustration.
Police. Ilustration. — Patrick Siccoli

Un homme a été interpellé et placé en garde à vue samedi à Saint-Etienne au lendemain de l’enlèvement par ses parents d’une fillette de six mois, confiée à l’aide sociale à l’enfance, a indiqué une source proche de l’enquête. Selon cette dernière, il s’agirait d’un proche du couple. Vendredi, d’autres membres de l’entourage des parents avaient été aussi entendus, dont certains sous le régime de la garde à vue, puis remis en liberté.

Enlevée au CHU de Saint-Etienne, l’enfant n’a toujours pas été retrouvée ce samedi en début de soirée, a précisé la police qui avait momentanément localisé le véhicule de ses parents quelques heures auparavant. La fillette, présentée comme une grande prématurée, était en soin sous respirateur lorsqu’elle a été enlevée, vendredi en fin d’après-midi, au service pédiatrie de l’Hôpital Nord de Saint-Etienne par ses parents d’origine étrangère, qui ont trompé la vigilance du personnel de l’établissement, selon la même source.

Placée auprès de l’Aide sociale à l’enfance

Samedi, une opération de police était lancée sur le territoire national pour retrouver la fillette, selon le parquet stéphanois. L’alerte enlèvement n’a pas été déclenchée car le parquet a considéré que les critères, notamment celui de la mise en danger de l’enfant, « n’étaient pas remplis ». « Une ordonnance d’interdiction de sortie du territoire de l’enfant a été prise », a précisé le procureur adjoint de la République de Saint-Etienne, André Merle, qui a confié à la sûreté départementale de la Loire une enquête préliminaire pour « soustraction d’un enfant à l’autorité à laquelle il a été confiée ».

« Cette fillette fait l’objet d’un placement provisoire d’un juge des enfants auprès de l’Aide sociale à l’enfance du fait de carences éducatives repérées dans sa famille », a-t-on encore expliqué, ajoutant que l’ASE l’a elle-même confiée à l’hôpital eu égard son état de santé.