Rennes : « C’est impensable »… Après la découverte de trois corps, Saint-Jacques sous le choc

REPORTAGE Une mère et sa fille ont été retrouvées mortes à leur domicile dans cette commune proche de Rennes, le corps du père était pendu

Camille Allain
— 
Les corps sans vie de deux femmes et d'un homme ont été découverts dans une maison de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Les enquêteurs soupçonnent un double assassinat suivi d'un suicide.
Les corps sans vie de deux femmes et d'un homme ont été découverts dans une maison de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Les enquêteurs soupçonnent un double assassinat suivi d'un suicide. — C. Allain/20 Minutes
  • Les corps sans vie d’une femme de 60 ans et de sa fille âgée de 25 ans ont été découverts à leur domicile de Saint-Jacques-de-la-Lande le 23 novembre.
  • Le corps du père a été retrouvé pendu, ce qui laisse penser à un double assassinat, suivi d’un suicide.
  • Au lendemain du drame, le quartier de la Chevrolais est sous le choc de ce drame que personne n’avait vu venir.

Le réveil était douloureux dans la petite rue de la Table Ronde ce jeudi matin. C’est dans cette petite artère du tranquille lotissement de la Chevrolais, à Saint-Jacques-de-la-Lande, qu’une famille a été retrouvée morte mercredi 23 novembre. D’après les premiers éléments de l’enquête, un homme de 50 ans aurait été retrouvé pendu dans sa maison. Les corps sans vie de sa femme, âgée de 60 ans, et de leur fille, âgée de 25 ans, ont été découverts dans le pavillon.

Au lendemain du drame, seuls les scellés de la police posés sur les portes et les volets fermés de la maison laissent un indice du drame qui s’est noué à huis clos. Une enquête a été ouverte pour assassinats, laissant penser que l’acte a pu être prémédité. « Je n’y crois pas, c’est juste à côté de chez nous », glisse un retraité qui habite ce quartier sans histoire situé à deux pas de Rennes (Ille-et-Vilaine).


Les corps sans vie de deux femmes et d'un homme ont été découverts dans une maison de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Des scellés ont été posés sur le pavillon.
Les corps sans vie de deux femmes et d'un homme ont été découverts dans une maison de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Des scellés ont été posés sur le pavillon. - C. Allain/20 Minutes

L’alerte avait été donnée vers 14 heures par l’employeur de la jeune femme. L’agence immobilière dans laquelle elle travaillait s’inquiétait de ne pas l’avoir vue au travail. Mobilisés, les pompiers ont forcé la porte du domicile et découvert les trois corps sans vie. Celui de Martial V., un agent du département d’Ille-et-Vilaine travaillant dans un collège de Chartres-de-Bretagne, était pendu. Celui de sa fille était allongé au sol dans sa chambre, sans trace apparente de violences. Quant à celui de la mère, toute jeune retraitée, il était découvert allongé sur le lit conjugal.

« Les premières constatations médico-légales ont révélé l’existence de traumatismes sur le corps de la mère de famille », révélait le parquet de Rennes mercredi soir. La famille était inconnue des services de police. Longtemps bouclée par la police pour les besoins de l’enquête, la rue a rouvert dans la nuit, laissant les riverains dans l’incompréhension. « On est tous sous le choc. Ce qui s’est passé est terrible, c’est impensable. On ne comprend pas », témoigne la voisine de la famille disparue.

« C’était un homme charmant »

Mercredi, son mari a été entendu par les enquêteurs pour tenter de comprendre ce qui avait pu se passer derrière la façade en crépis beige. La piste privilégiée par la police judiciaire est celle d’un double homicide commis par le père de famille, qui aurait mis fin à ses jours après les faits.

« C’était un homme charmant, poli, serviable. Il avait toujours un petit mot pour rire. Jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse agir ainsi. Jamais, je n’aurais pensé qu’il pourrait se passer un tel drame », témoigne-t-elle, les larmes aux yeux. Comment allait le couple ? « Apparemment bien, ils avaient l’air heureux, normaux quoi. Elle était en retraite depuis un mois, c’est une tragédie ». Dans le collège où il exerçait, une cellule d’écoute psychologique a été activée pour ses anciens collègues.


La police a bouclé la rue de la Table Ronde pendant des heures mercredi après la découverte de trois corps sans vie dans un pavillon de ce lotissement tranquille proche de Rennes.
La police a bouclé la rue de la Table Ronde pendant des heures mercredi après la découverte de trois corps sans vie dans un pavillon de ce lotissement tranquille proche de Rennes. - C. Allain/20 Minutes

Dans la maison, les enquêteurs ont découvert une lettre où Martial V. explique son geste. D’après le procureur de la République Philippe Astruc, le suspect annonce mettre fin à ses jours ainsi qu’à ceux de sa compagne et de sa fille. « Il attribuait ses actes à un mal-être pouvant être en lien avec une maladie grave dont il serait atteint », précise le communiqué.

Dans le voisinage, on évoque « des pépins de santé ». « Mais rien de trop grave. Ou alors il ne nous en avait pas parlé ». Employé dans un collège, l'homme était en arrêt maladie. Un examen de comparaison d’écriture doit être réalisé pour vérifier l’origine de cet écrit.