Violences faites aux femmes : Toulouse étend la descente à la demande, en soirée, dans les bus

SECURITE A Toulouse, Tisséo va étendre à ses principales lignes de bus la possibilité pour les femmes de descendre entre deux arrêts, au plus près de leur destination, quand il fait nuit

H.M.
— 
La nuit, dans un bus Tisséo à Toulouse. Illustration.
La nuit, dans un bus Tisséo à Toulouse. Illustration. — Fred Scheiber

Moins de trajet à faire en marchant seule dans le noir. C’est le principe de « l’arrêt à la demande », entre deux stations, expérimenté depuis un an à Toulouse. Trente passagères y ont eu recours. C’est peu, mais la possibilité ne concernait que deux lignes – Linéo 1 et Linéo 2 – et ce démarrage a permis de confirmer que ces arrêts peuvent intervenir « de manière très fluide », relève le maire Jean-Luc Moudenc (ex-LR), sans perturber le fonctionnement général. Tisséo a donc choisi la date symbolique de ce vendredi 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, pour étendre ce service aux neuf autres lignes du réseau Linéo, emprunté par 125.000 usagers par jour.



Les personnes vulnérables peuvent théoriquement en faire usage de « 22 heures à 0h30 », du moment que la conductrice ou le conducteur estime qu’il n’y a pas de danger à faire cet arrêt au beau milieu d’un trajet.

Demandez Angela

Autre initiative, les agences commerciales de Tisséo (à Basso-Cambo, Jean-Jaurès, Arènes, Aéroport et Borderouge) rejoindront vendredi, tout comme 64 commerces ou restaurant de la ville, le réseau « Demandez Angela ».


Le sticker qui va apparaître dans 64 commerces et restaurants de Toulouse pouvant servir de lieux refuges pour femmes en danger immédiat.
Le sticker qui va apparaître dans 64 commerces et restaurants de Toulouse pouvant servir de lieux refuges pour femmes en danger immédiat. - DR

Elles deviendront ainsi des « lieux refuges », identifiables par un gros sticker jaune collé sur la vitrine, ou toute femme se sentant en danger pourra être accueillie et réconforté par du personnel formé aux violences sexistes, conjugales ou sexuelles.