Cyberattaque en Seine-et-Marne : Des pirates réclament 10 millions de dollars au département

RANÇon « Je n’ai aucune raison de payer cette rançon », a répondu Jean-François Parigi, le président (LR) du conseil départemental de Seine-et-Marne

20 Minutes avec AFP
— 
Cyberattaque (illustration)
Cyberattaque (illustration) — Canva

Dix millions de dollars. C’est le prix exigé par les hackeurs à l’origine de la cyberattaque du conseil départemental de Seine-et-Marne. La demande de rançon a été découverte il y a quelques jours seulement, car la priorité avait d’abord été donnée « à la sécurisation » des systèmes. « Je n’ai aucune raison de payer cette rançon », a répondu Jean-François Parigi, le président (LR) du conseil départemental de Seine-et-Marne.

Les services informatiques du conseil départemental de la Seine-et-Marne sont en pleine paralysie depuis le 6 novembre, victimes d’une cyberattaque « d’envergure ». L’attaque a été découverte le lundi 7 au matin, lorsque les agents ont remarqué qu’ils ne pouvaient plus utiliser leurs ordinateurs.

Les agents continuent de travailler mais « à l’ancienne »

A ce stade, « nous n’avons pas connaissance de fuite de données personnelles », a souligné Jean-François Parigi, précisant que des vérifications étaient encore en cours. Les prestations sociales comme les salaires des agents « sont payés » en vertu de « la continuité des services », a-t-il martelé, sans s’avancer sur le délai nécessaire à un retour à la normale.



« Tous les agents continuent de travailler » mais « à l’ancienne », sur du papier ou via des téléphones portables mis à disposition pour pallier les numéros fixes désormais inutilisables, a-t-il expliqué. Face à cette cyberattaque, le vote du prochain budget a été repoussé au début de l’année 2023.