Lyon : La mairie empruntera désormais uniquement aux banques éthiques

ECONOMIE La ville de Lyon a voté ce jeudi en conseil municipal le recours aux banques éthiques afin d’emprunter l’argent dont elle a besoin

C.G. avec AFP
— 
La ville de Lyon va recourir uniquement aux banques éthiques pour ses emprunts.
La ville de Lyon va recourir uniquement aux banques éthiques pour ses emprunts. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
  • Jeudi matin, la ville de Lyon a voté un dispositif de sélection des établissements bancaires sur des critères de « responsabilité sociale et environnementale », avant de contracter des emprunts.
  • Un questionnaire sera envoyé chaque année aux établissements bancaires afin qu’ils renseignent leur empreinte carbone ou leur engagement en faveur de la préservation de la biodiversité.
  • L’opposition voit dans cette démarche « une vision moralisatrice » et « une méthode un peu brutale ».

La ville de Lyon a acté ce jeudi en conseil municipal que ses futurs emprunts se feraient désormais auprès de banques éthiques. Qu’entend-on par banques éthiques ? Il s’agit d’établissements bancaires qui se « positionnent dans une stratégie de limitation des impacts environnementaux et sociaux négatifs » de leurs financements. Impacts qui seraient de fait dommageables pour le climat et le vivant.

A l’heure de présenter cette délibération, votée par les élus écologistes et de gauche mais critiquée par l’opposition, la première adjointe Audrey Hénocque a mis en avant les activités néfastes des « quatre plus grandes entreprises » sans les nommer mais en soulignant leur empreinte carbone « supérieure à l’ensemble du territoire français ».

La municipalité, où les emprunts bancaires représentent un total de 400 millions d’euros, adressera chaque année un questionnaire aux banques afin qu’elles déclarent notamment leurs actions en matière de préservation de la biodiversité ou de lutte contre la déforestation, leurs soutiens au développement des énergies renouvelables, ainsi que leur stratégie de réduction de leurs émissions de CO2. Il leur sera également demandé si elles participent à des projets « relevant du secteur des énergies fossiles ».



« Nous préférerions vous voir négocier de bons taux, en toute impartialité »

Certains dans l’opposition ont vu dans cette démarche une « vision moralisatrice ». « Nous préférerions vous voir négocier de bons taux, en toute impartialité », a déclaré de son côté Béatrice de Montille, élue du groupe droite centre et indépendants.

Pour le groupe progressistes et républicains, « la méthode est un peu brutale » et elle « risque d’amener à faire des faux pas », a confié Georges Képénékian.

Plusieurs villes ont engagé ce mode de sélection des banques, dont Paris, Bordeaux ou encore Besançon. Précurseur dans ce domaine, Bourg-en-Bresse (Ain) pratique le questionnaire éthique depuis deux ans.