Bretagne : Après deux années noires, Brittany Ferries sort enfin la tête de l’eau

TRANSPORT La compagnie maritime va mieux mais n’a pas retrouvé son niveau d’avant Covid

Jérôme Gicquel
Illustration d'un bateau de la Brittany Ferries.
Illustration d'un bateau de la Brittany Ferries. — Fred Tanneau / AFP
  • Entre la crise du coronavirus et le Brexit, Brittany Ferries a connu deux années agitées.
  • Remise à flot, la compagnie maritime bretonne a retrouvé des couleurs en 2022 avec 1,7 million de voyageurs transportés.
  • Elle peine toutefois à retrouver son niveau d’avant la crise.

Frappée de plein fouet par la crise du coronavirus et le Brexit, Brittany Ferries avait évité de peu le naufrage. Mais l’État avait volé au secours de la compagnie maritime bretonne en débloquant il y a un an une aide exceptionnelle de 45 millions d’euros. Depuis, ses navires ont repris la mer et ont transporté environ 1,7 million de voyageurs cette année. Brittany Ferries peine toutefois à retrouver son rythme de croisière. En 2019, la compagnie avait ainsi fait voyager 2,27 millions de personnes sur ses lignes. Si les liaisons entre la France et l’Irlande et entre le Royaume-Uni et l’Espagne sont en plein essor, celles entre la France et l’Angleterre souffrent en revanche avec une baisse de fréquentation de 35 % par rapport à 2019.

Pour Christophe Mathieu, président du directoire de Brittany Ferries, la Manche est d’ailleurs « une préoccupation majeure » pour la compagnie. En cause, « la réouverture des frontières françaises à la mi-janvier 2022 qui a fortement impacté les projets de vacances des Britanniques d’une part, et d’autre part, les passeports rendus obligatoires pour les passagers français se rendant au Royaume-Uni », explique-t-il dans un communiqué, appelant à « une action concertée des acteurs touristiques en France et au Royaume-Uni » pour « redynamiser le marché et stimuler la demande pour 2023. »

Un nouveau navire mis en service

L’activité fret a du mal aussi à retrouver les niveaux de 2019 avec un recul de 27 % sur les liaisons entre la France et la Grande-Bretagne et de 22 % entre la Grande-Bretagne et l’Espagne. Celles entre la France et l’Irlande explosent en revanche avec un volume d’activité en hausse de 606 % par rapport à 2019. « Le Brexit a créé des opportunités de développement de routes maritimes directes vers l’Irlande, évitant le transit de fret par le Royaume-Uni », explique Christophe Mathieu.

À l’occasion de la publication de ses résultats 2022, Brittany Ferries annonce par ailleurs la mise en service depuis la semaine dernière de son dernier navire, le Salamanca, qui assure désormais les liaisons entre Rosslare en Irlande et Bilbao et Cherbourg. Il sera suivi en février par le Santoña.