Seuls 36 % des médecins généralistes utilisent des plateformes comme Doctolib ou Maiia

SANTÉ 2.0 La part de médecins passant par ces plateformes a toutefois augmenté de plus de 50 % durant la pandémie de Covid-19

20 Minutes avec agence
Les plateformes comme Doctolib ont facilité la prise de rendez-vous avec un médecin. (Illustration)
Les plateformes comme Doctolib ont facilité la prise de rendez-vous avec un médecin. (Illustration) — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Malgré leur développement rapide depuis le début de la crise sanitaire, les plateformes de prise de rendez-vous en ligne sont encore assez peu utilisées par les médecins, rapporte Capital. Selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) publiée ce mercredi, seuls 36 % des généralistes y ont recours.

Par ailleurs, un tiers d’entre eux fonctionnent encore avec une prise de rendez-vous sur place au cabinet. La part des médecins présents sur ces plateformes (Doctolib, Keldoc, Maiia) a toutefois augmenté avec le Covid-19. En 2019, seuls 23 % des généralistes les utilisaient.

Un effet d’âge important

Le développement des téléconsultations semble avoir joué un rôle important dans le phénomène : 41 % des médecins ayant déjà réalisé des consultations à distance déclarent également utiliser un outil de prise de rendez-vous en ligne. Ceux ne passant pas par ces plateformes n’étaient 18 % à avoir déjà réalisé une téléconsultation.

Dans son étude, la Drees met par ailleurs en avant l’influence du facteur de l’âge. 48 % des médecins de moins de 50 ans utilisent ces plateformes, quand ils ne sont que 38 % chez les 50-59 ans et 26 % chez les plus de 60 ans. Autre facteur : le mode d’exercice. Les médecins généralistes exerçant en structures pluriprofessionnelles sont nombreux (47 %) à passer par ces outils en ligne.



Les médecins exerçant en cabinet monoprofessionnel (32 %) et ceux exerçant seuls (24 %) sont bien moins nombreux. Beaucoup de ces praticiens sur ces plateformes continuent toutefois de proposer un mode de réservation alternatif, puisqu’ils ne sont que 5 % à ne fonctionner qu’avec la prise de rendez-vous en ligne.