20 Minutes : Actualités et infos en direct
hommagePap Ndiaye, ému, rend hommage à Samuel Paty à la Sorbonne

Assassinat de Samuel Paty : Pap Ndiaye, ému, lui rend hommage à la Sorbonne

hommage« Deux ans après, le traumatisme est toujours là », a souligné le ministre de l’Education
Pap Ndiaye, le ministre de l'Education nationale.
Pap Ndiaye, le ministre de l'Education nationale. - Romain GAILLARD/POOL/SIPA / Pixpalace
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Les islamistes « n’ont pas réussi et ne réussiront pas » à « supprimer l’intelligence et la possibilité même d’enseigner », a déclaré samedi le ministre de l’Education Pap Ndiaye, visiblement ému, lors d’un hommage à la Sorbonne au professeur Samuel Paty assassiné il y a deux ans.



« Que nous l’ayons connu ou non, Samuel Paty nous manque, car nous savons que (…) l’espoir et la considération qu’il avait pour les jeunes font partie de ces forces qui font tenir ensemble la République, la rendent plus tolérante » et « préparent les citoyens de demain », a ajouté le ministre lors de cette cérémonie organisée dans un amphithéâtre de la Sorbonne, où une salle porte désormais son nom, par l’association des professeurs d’histoire-géographie (APHG) z « Deux ans après, le traumatisme est toujours là », a souligné Pap Ndiaye à la sortie.

« Enseigner, c’est expliquer et non se taire »

Concernant les hommages organisés dans les établissements scolaires, vendredi 14 ou lundi 17, le ministre s’est « réjoui que très peu d’incidents aient été enregistrés » vendredi. « On en compte 18 à l’échelle nationale, c’est beaucoup moins que l’année dernière », s’est-il félicité, soulignant que son ministère comptait faire preuve de « fermeté » face aux incidents, mais aussi de « transparence » : « On ne met pas la poussière sous le tapis ».

« Enseigner, c’est expliquer et non se taire », a déclaré de son côté Mickaëlle Paty, sœur de l’enseignant, qui a dédié son discours « à toutes les personnes mortes, blessées, torturées ou incarcérées pour avoir osé s’exprimer ».

Une 2e édition sur le thème des « infox »

Trois classes de collégiens, qui ont travaillé pendant l’année scolaire 2021-2022 sur le thème de la liberté d’expression, se sont vues remettre le premier Prix Samuel Paty, décerné par l’APHG.

La classe lauréate, du collège Marie-Mauron à Pertuis (Vaucluse), a enquêté sur l’intolérance religieuse passée dans sa région, sous forme de podcasts consacrés au massacre des « Vaudois du Luberon » qui fit quelque 3.000 victimes protestantes, au XVIe siècle.

Pour la 2e édition du prix, les collégiens et lycéens sont invités à travailler cette année sur le thème des « infox » et du danger qu’elles représentent pour la démocratie.

Sujets liés