20 Minutes : Actualités et infos en direct
ÉDUCATIONEt si des pictogrammes aidaient les élèves à apprendre à lire ?

Rennes : Et si des pictogrammes aidaient les élèves à apprendre à lire ?

ÉDUCATIONA Saint-Jacques-de-la-Lande, au sud de Rennes, trois enseignants d’une école élémentaire ont développé une nouvelle méthode d’apprentissage de la lecture
A l'école Suzane-Lacore à Saint-Jacques-de-la-Lande, les élèves apprennent la lecture à l'aide de pictogrammes.
A l'école Suzane-Lacore à Saint-Jacques-de-la-Lande, les élèves apprennent la lecture à l'aide de pictogrammes.  - J. Gicquel / 20 Minutes / 20 Minutes
Jérôme Gicquel

Jérôme Gicquel

L'essentiel

  • Trois enseignants rennais viennent de développer une nouvelle méthode d’apprentissage de la lecture.
  • Elle est basée sur des pictogrammes qui correspondent chacun à un phonème de la langue française.
  • L’outil permet aussi à l’enseignant d’individualiser facilement le travail de chaque élève.

«Une femme fait du feu avec du bois ». En ce jeudi après-midi, les hommes préhistoriques sont au programme pour la classe de CP de Nicolas Le Doussal, enseignant à l’école Suzane-Lacore à Saint-Jacques-de-la-Lande, au sud de Rennes. Sur la table de chaque élève, une petite grille remplie de dessins attire l’œil. Des pictogrammes que l’on retrouve également affichés sur le rétroprojecteur de la classe, avec par exemple une fusée, un ananas et une moto au-dessus du mot femme. « Dans le mot femme, il y a le f de fusée, le e qui se prononce a comme dans ananas et le m de moto », décrypte l’enseignant.


En classe, chaque élève a devant lui une grille de dessins lui permettant de décoder les différents phonèmes de la langue française.
En classe, chaque élève a devant lui une grille de dessins lui permettant de décoder les différents phonèmes de la langue française. - J. Gicquel / 20 Minutes

Cette série de dessins en forme de rébus est au cœur de la nouvelle méthode d’apprentissage de la lecture développée par Nicolas Le Doussal et deux de ses collègues enseignants, Pierre-Marie Le Guilcher et Frédéric Grasbon. « On a décidé d’associer chaque phonème de la langue française à un pictogramme pour faciliter leur apprentissage par les élèves, indique ce dernier. Les enfants aiment bien car il y a un côté ludique. »

Enlever le plus vite les pictogrammes

C’est à la sortie du premier confinement en 2020 que les trois collègues ont planché sur ce nouvel outil. De retour en classe dans ce quartier populaire, ils ont en effet constaté de fortes disparités entre les élèves, notamment au niveau de la lecture. « Il nous fallait trouver une solution de différenciation pour pouvoir s’adapter au niveau de chacun », souligne Pierre-Marie Le Guilcher. Aidés par des amis développeurs, les trois enseignants ont mis près de deux ans pour mettre sur pied leur logiciel Ridisi, disponible depuis le 25 août. Ce traitement de texte en ligne permet aux enseignants de préparer leur travail de manière très simple et rapide, avec la possibilité de segmenter les mots en syllabes et de les souligner ou de faire disparaître les lettres muettes.


Dans le logiciel, les enseignants peuvent piocher parmi 400 pictogrammes pour constituer leur propre grille d'apprentissage de la lecture.
Dans le logiciel, les enseignants peuvent piocher parmi 400 pictogrammes pour constituer leur propre grille d'apprentissage de la lecture.  - J. Gicquel / 20 Minutes

Mais la principale nouveauté réside dans l’ajout de pictogrammes pour coder les mots à apprendre. Dans la base de données, chaque enseignant peut ainsi piocher parmi 400 dessins pour constituer sa propre grille d’apprentissage de la lecture. D’un simple clic, il a surtout la possibilité d’individualiser le travail de chaque enfant. « L’objectif de ce logiciel est de se débarrasser le plus tôt possible des pictogrammes dès que les phonèmes sont maîtrisés, explique Frédéric Grasbon. Les élèves sont d’ailleurs les premiers à vouloir qu’on les enlève, cela crée une sorte d’émulation entre eux. »

Des premiers résultats probants selon eux

Testée depuis quelques mois dans deux classes pilotes au sein de l’école, la méthode afficherait des résultats probants selon ses concepteurs. « Dans nos classes de CP, un tiers des élèves ont atteint un niveau de lecture équivalent au CE2, un autre tiers au niveau CE1 et un dernier tiers avec un niveau CP », précise Frédéric Grasbon.


Vendu 30 euros l’année, leur logiciel a déjà séduit 160 utilisateurs dans la communauté pédagogique. Mais les trois enseignants ne veulent pas s’en arrêter là et cherchent désormais à le déployer plus massivement dans les classes. Ils espèrent pour cela compter sur l’appui d’Emmanuel Ethis, recteur de l’académie de Rennes, qui est venu à leur rencontre la semaine dernière. « Il faut saluer et encourager ces initiatives et c’est mon rôle de les faire remonter au niveau national quand elles portent leurs fruits », a-t-il promis.

Sujets liés