Chauffage au fioul : Une aide de l’Etat aux ménages à partir du 8 novembre

SOUTIEN « Un chèque fioul pourra être demandé, à partir du 8 novembre, sur le site chequeenergie.fr où un simulateur permettra de savoir qui est éligible »

20 Minutes avec AFP
— 
3,5 millions de résidences principales sont encore chauffées au fioul en France. Soit 12% des foyers.
3,5 millions de résidences principales sont encore chauffées au fioul en France. Soit 12% des foyers. — TBIT/Pixabay

Une aide comprise entre 100 et 200 euros en fonction des revenus va être déclenchée à partir du 8 novembre pour les personnes se chauffant au fioul, qui n’ont pu bénéficier du bouclier mis en place pour d’autres sources d’énergie, indique samedi le gouvernement. « Le Parlement a voté, cet été, une enveloppe de 230 millions d’euros pour accompagner les ménages concernés, qui n’ont pas pu bénéficier du bouclier mis en place pour d’autres sources d’énergie », explique dans une interview à Ouest France samedi le ministre délégué aux Comptes publics Gabriel Attal.



« Un chèque fioul pourra être demandé, à partir du 8 novembre, sur le site chequeenergie.fr où un simulateur permettra de savoir qui est éligible », détaille-t-il. Si les ménages concernés ont déjà fait le plein de leur cuve de fioul, le chèque qui est valable un an pourra être « être utilisé pour payer ses factures d’électricité », précise le membre du gouvernement.

1,4 million de foyers

Dans un communiqué de Bercy, il est même précisé que ce chèque pourra être utilisé « pour le paiement de tout type de factures d’énergie (gaz, d’électricité, fioul, pellets de bois, etc.) » si les ménages ont déjà fait le plein de fioul.

Selon le gouvernement, 1,4 million de foyers pourrait bénéficier de ce chèque sur les 2,8 millions qui se chauffent au fioul.

Le ministère de l’Economie rappelle que « cette aide fioul viendra en complément du chèque énergie habituel, envoyé au printemps à environ 6 millions de ménages, et du chèque énergie exceptionnel de fin d’année qui sera envoyé à 40 % des ménages (12 millions de ménages) », pour faire face à la hausse de 15 % des prix du gaz et de l’électricité prévue en 2023.