Rennes : Déjà séquestré et blessé à l’arme blanche, un homme de nouveau enlevé et violenté

Info 20 Minutes Quatre personnes soupçonnées d’être impliquées dans ces deux affaires qui semblent liées ont été placées en garde à vue

Camille Allain
— 
La police judiciaire de Rennes a interpellé quatre hommes soupçonnés d'avoir séquestré et violenté un homme.
La police judiciaire de Rennes a interpellé quatre hommes soupçonnés d'avoir séquestré et violenté un homme. — C. Allain
  • Deux hommes avaient été victimes de violences à l’arme blanche il y a quelques jours à Saint-Grégoire. Ils avaient refusé de porter plainte.
  • Quatre jours plus tard, l’une des deux victimes a de nouveau été la cible de violences. Le jeune homme a été forcé à monter dans une voiture puis violenté.
  • Quatre hommes ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont actuellement entendus par la police judiciaire de Rennes.

Il avait déjà fait l’objet de violences avec arme dans la nuit du vendredi 30 septembre au samedi 1er octobre à Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine). Certaines sources évoquaient la piste d’un enlèvement, sans que cela ne soit confirmé. Après s’être présenté de lui-même à l’hôpital de Rennes pour soigner ses blessures provoquées par une arme blanche, un homme a de nouveau été la cible de violences quelques heures plus tard. La veille, lui et son ami avaient reçu des coups de tournevis et des coups de couteau.

Cette fois-ci, c’est non loin du parc des Gayeulles que la victime a été abordée. D’après les informations recueillies par 20 Minutes, l’un des deux hommes déjà violenté aurait été forcé à monter dans un véhicule vers 1 heure du matin mardi 4 octobre. La scène se serait déroulée non loin du collège des Gayeulles et du lycée Joliot-Curie. Il aurait alors été la cible de nouvelles violences sans que son ITT ne soit encore déterminée.

Quatre hommes placés en garde à vue

Des représailles ? C’est en tout cas la piste privilégiée par les agents de la police judiciaire de Rennes à qui l’enquête a été confiée. Les deux victimes de violences avaient pourtant refusé de porter plainte après les premiers faits. Mercredi, quatre personnes soupçonnées d’être impliquées dans ces deux affaires ont été interpellées. Elles ont été placées en garde à vue. Les quatre suspects sont quatre hommes âgés de 20, 22, 24 et 29 ans. Tous sont domiciliés à Rennes ou sans domicile fixe dans la capitale bretonne. « L’enquête devra préciser les circonstances précises de ces faits et leur contexte », prévient le procureur de la République Philippe Astruc. Le magistrat précise que les deux affaires sont distinctes « mais paraissent liées ». La piste du règlement de compte lié à un trafic de stupéfiants est privilégiée.