Pratiquez-vous le « quiet quitting », la « démission silencieuse », qui consiste à faire le minimum au travail ?

minimum syndical La tendance, née sur TikTok, vise à en faire moins dans le cadre professionnel, afin de préserver sa santé mentale

Guillaume Carlin
— 
Des employés dans un bureau. (illustration)
Des employés dans un bureau. (illustration) — J. Jumelet / ANP / AFP

Bien que le phénomène soit déjà bien implanté outre-Atlantique, le « quiet quitting » ou « démission silencieuse » semble aujourd’hui faire de plus en plus d’adeptes en France. Respecter scrupuleusement les horaires, ne plus répondre aux e-mails en dehors des heures de travail, ne plus accepter de responsabilités, de tâches supplémentaires ou encore ne plus « dépanner » un collègue…, nombreux sont ceux qui aujourd’hui ont décidé de faire le « strict minimum » au boulot.

Adrien Scemama, responsable de Talent.com, une plateforme qui diffuse près de 4 millions d’offres d’emploi chaque mois y voit « une conséquence de ce qu’on a vécu depuis deux ans, avec un ras-le-bol et surtout une peur du burn-out. Certains décident alors de ne pas démissionner, mais de ralentir la cadence pour préserver leur santé mentale. »

Le quiet quitting représente aussi une manière de réclamer « davantage de respect envers les salariés », explique Laurène dans une vidéo TikTok. Ce sont principalement les plus jeunes générations qui portent cette autre « philosophie » du travail. « La génération Z est aujourd’hui bien plus attentive aux conditions de travail et à son bien-être. Ils n’acceptent plus de travailler n’importe comment et à n’importe quel prix », confirme Adrien Scemama, qui a observé ce comportement auprès des jeunes actifs.

Et vous, quelle est votre philosophie au travail ? Comprenez-vous cette position ? Pratiquez-vous le « quiet quitting » ? Si oui, comment est-ce perçu par votre entreprise, vos collègues ? D’autres personnes autour de vous ont-elles cette vision du travail ? Racontez-nous. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un article. Merci d’avance.