20 Minutes : Actualités et infos en direct
NégociationsPremier round de concertation au ministère sur les retraites

Réforme des retraites : Premier round de concertation entre patronat, syndicats et gouvernement au ministère du Travail

NégociationsAprès deux semaines de flottement sur l’hypothèse d’une réforme par amendement au budget de la Sécu, l’exécutif a choisi d’ouvrir une concertation
Olivier Dussopt, ministre du Travail, du plein emploi et de l'intégration au palais de l Elysée, le lundi 26 septembre 2022.
Olivier Dussopt, ministre du Travail, du plein emploi et de l'intégration au palais de l Elysée, le lundi 26 septembre 2022. - JEANNE ACCORSINI/ / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Exit le « passage en force », place aux tractations express. Syndicats et patronat sont attendus mercredi après-midi, au ministère du Travail, pour une première séance de concertation sur la réforme des retraites, dont le ministre Olivier Dussopt devait préciser « le calendrier, la méthode et les objectifs ». Après deux semaines de flottement et de tensions sur l’hypothèse, finalement écartée, d’une réforme par amendement au budget de la Sécu, l’exécutif a choisi d’ouvrir une concertation sur son projet de réforme des retraites.

Charge au ministre du Travail d’ouvrir le bal, avec les partenaires sociaux, qu’il reçoit à partir de 14h30. Une réunion prévue pour durer deux heures, à laquelle sont conviées les trois fédérations patronales (Medef, CPME, U2P), sept centrales syndicales (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, FSU) et la FNSEA pour le cas particulier des agriculteurs. Le ministre a déjà fait savoir qu’il leur présentera « le calendrier, la méthode et les objectifs de la réforme, dans la perspective d’un projet de loi adopté d’ici à la fin de l’hiver 2023 ».

Vers un recul de l’âge de départ

Le gouvernement entend aller vite, en vue d’une « entrée en vigueur de la réforme à l’été 2023 », a rappelé la semaine dernière la Première ministre, Elisabeth Borne, évoquant au passage un « report progressif de l’âge de départ de quatre mois par an, aboutissant à 65 ans en 2031 ».



Un chiffon rouge pour les syndicats, qui ont affirmé mardi dans un communiqué commun qu’ils restaient « fermement opposés à tout recul de l’âge légal de départ en retraite et à une augmentation de la durée de cotisation ». Demandant des discussions « loyales et transparentes », ils se disent prêts à « construire tous les moyens d’action nécessaires si le gouvernement demeurait arc-bouté sur son projet ». Sans évoquer, pour l’instant, de grève ou de manifestations.

Sujets liés