Bordeaux : Six Roumains mis en examen pour des vols de moteurs de bateau

ENQUETE Le groupe, qui avait un pied à terre près de Langon, opérait depuis plus d’un an et revendait le matériel volé en Roumanie

20 Minutes avec AFP
— 
Un moteur de bateau
Un moteur de bateau — Adil Benayache

Six Roumains ont été mis en examen pour des vols de moteurs et de matériel de bateau s’étalant sur plus d’un an dans plusieurs départements dont la Gironde, avec un préjudice estimé à 320.000 euros, a-t-on appris samedi auprès de la gendarmerie.

Repérés en France fin septembre à leur retour de Roumanie où ils avaient passé l’été, ces six individus, « particulièrement mobiles » et qui avaient un « pied à terre » près de Langon (Gironde), ont été interpellés tôt mercredi matin quelques heures après « une tentative de vol sur un commerce nautique en Gironde ».

« Groupe criminel organisé itinérant »

Ils sont suspectés d’avoir dérobé « plusieurs dizaines » de moteurs et d’embases (pied du moteur) et « quelques matériels électroportatifs de haute valeur » pour un montant estimé à plus de 320.000 euros, a expliqué le colonel Jean-Charles Bidaut, commandant de la section de recherches de Bordeaux, qui enquête avec la brigade de Langon-Toulenne.

Selon la gendarmerie, l’enquête entamée en septembre 2021 avait permis d’identifier un « groupe criminel organisé itinérant » composé de « trois auteurs principaux chevronnés » et de « plusieurs complices » aidant à la confection et au stockage de la marchandise volée, qui était acheminée par des transporteurs vers la Roumanie, où les moteurs étaient revendus.

« Probable qu’on puisse leur imputer d’autres vols »

Les membres de ce groupe « bougeaient beaucoup en Roumanie et à travers l’Europe, il est probable qu’on puisse leur imputer d’autres vols ailleurs (qu’en France) », a souligné le colonel Jean-Charles Bidaut, selon lequel l’enquête a nécessité « un gros travail de surveillance ».

D’après la gendarmerie, les six interpellés ont agi principalement en Gironde mais aussi dans les Landes, la Loire-Atlantique et le Lot. Ils ont reconnu « en grande partie » leur implication lors de leurs auditions.

Présentés à un juge d’instruction de la Juridiction inter régionale spécialisée (Jirs) de Bordeaux, saisie après l’ouverture d’une information judiciaire en avril, ils ont été mis en examen pour « vol et recel en bande organisée ». Deux d’entre eux ont été écroués, les autres placés sous contrôle judiciaire.